Parcourir les catégories :

challenges

challenges lectures

Toute passion abolie, Vita Sackville-West

27 janvier 2017

J’ai souvent fait état ici de mon amour inconditionnel pour la plume raffinée, vive et piquante de Vita Sackville-West. Mais je ne vous ai jamais parlé du premier roman d’elle que j’ai découvert : Toute passion abolie (dans la magnifique collection designée par Christian Lacroix pour Le Livre de Poche). Pour le challenge « The life in square » organisé par Plaisirs à cultiver autour du groupe de Bloomsbury, j’ai décidé de le relire.

C’est probablement parce qu’Henry Lyulph Holland, premier comte de Slane, vivait depuis si longtemps, qu’on avait fini par le croire immortel.

Lord Slane a été l’un des personnages les lus éminents d’Angleterre. Fin politicien, vice-roi des Indes, Premier Ministre, il a eu une carrière brillante et longue. Aussi longue que son existence, qui prend fin un beau matin à l’aube de ses quatre-vingt-quatorze ans. Il laisse derrière lui, outre ses six enfants, des petits-enfants et des arrière-petits-enfants, une épouse modèle, Lady Deborah Slane. Une vie passée aux côtés d’un mari aimé et respecté, une vie merveilleuse au fond, faite de réceptions, de brillant et d’hommages appuyés, témoins de l’extraordinaire couple qu’elle formait avec Lord Slane, comme deux vases parfaitement assortis. Ses enfants s’apprêtent à prendre soin de leur mère, mais c’est alors que l’improbable survient : Lady Slane secoue son joug, se débarrasse de ces toiles d’araignée que sont pour elles ses enfants égoïstes et conventionnels, et part vivre seule à Hampstead, dans la banlieue de Londres. Elle y fait la connaissance de quelques personnes tout aussi âgées qu’elle, qui formeront la compagnie de ses vieux jours, une compagnie calme, sans passion, sans faux-semblant.

Qu’ils semblaient loin, ces jours autrefois vécus dans la violence des passions excessives et brûlantes, où le cœur semblait prêt à se briser sous l’assaut de désirs complexes et contradictoires ! Le paysage était désormais monochrome, les traits identiques, les couleurs effacées, les paroles toutes abolies.

Et c’est au moment où Lady Slane se décide à retourner sur les traces de son passé, pour comprendre pourquoi ses désirs de jeune fille – elle voulait être peintre – ont disparu si vite de sa vie, que ces passions qui semblaient enfouies refont surface, avec peut-être plus d’intensité que jamais. Une connaissance qui resurgit du passé, une arrière-petite-fille qui vient demander de l’aide… Lady Slane aurait-elle l’occasion de corriger les sacrifices qu’elle a fait faire à son âme ?

Cette étrange et bien cavalière déclaration d’amour à retardement fit naître des sentiments contradictoires dans le cœur de Lady Slane. Elle offensa sa fidélité à l’égard d’Henry. Dérangea la sérénité de son grand âge. Raviva les tourments de sa jeunesse. Elle la choqua, mais plus encore, lui procura une joie immense.

Ce personnage est fascinant, et la plume délicate et parfois taquine de Vita Sackville-West lui rend parfaitement hommage. Autour de cette vieille dame sage gravitent ses enfants, héritiers, avares, ingrats ou poètes, et une jolie galerie de personnages secondaires tous plus charmants les uns que les autres. La dernière fille de Lady Slane, Edith, m’a fortement rappelé Mrs Dalloway, de Virginia Woolf, car on s’introduit parfois dans son esprit pour y suivre les méandres complexes et décousus de ses pensées.

C’est un roman fin, subtil, un bijou !

 

 

Les autres romans de Vita Sackville-West chroniqués sur le blog :

 

 

challenges lectures

Quatre femmes, quatre héroïnes

20 janvier 2017

J’ai cherché un moyen de vous parler de mes lectures de ces dernières semaines, car elles ont chacune dans son genre été marquantes. Jusqu’à ce que je me rende compte qu’elles avaient un point commun : chaque roman était l’écrin d’un caractère féminin très fort, de femmes libres et indépendantes, amoureuses et amantes. Alors, je vous présente ensemble ces quatre héroïnes :

Corrag

Écosse, XVIIe siècle. Dans une petite ville au bord du loch, figée par la neige, Corrag attend d’être brûlée vive sur le bûcher. Sorcière, a-t-on dit. Impliquée dans le massacre du clan MacDonald à Glencoe, paraît-il. On n’attend que le dégel pour disposer le bois. C’est à cette période que le révérend Charles Leslie vient la voir. Il veut en savoir plus sur les MacDonald. Corrag est prête à parler, jusqu’ici personne ne lui avait rien demandé. Mais avant d’arriver à cet épisode, il devra écouter le récit de sa vie. À peine seize ans, et pourtant Corrag a déjà vécu plusieurs vies, avec sa mère d’abord, puis seule en fuite, enfin dans la vallée de Glencoe. Solitaire, elle ressent avec une acuité profonde les forces de la nature qui l’entoure et tombe immédiatement amoureuse de l’Écosse et ses landes rebelles, ses montagnes qui s’élèvent jusqu’au ciel, ses lacs sans fin. Elle connaît les plantes, elle devient guérisseuse pour le clan.

Le roman alterne la confession de Corrag avec les lettres que le révérend envoie à sa femme. Corrag a le langage du cœur, une prose poétique vibrante et sensuelle. Elle ne croit pas en Dieu, mais en la beauté de la nature et des éléments. Et le révérend, au départ profondément prévenu contre elle, découvre petit à petit l’infini grandeur de son âme. Le style de Susan Fletcher rend ce personnage incroyablement vivant et touchant.

Un bûcher sous la neige, de Susan Fletcher Voir l’article

challenges lectures

Je lis, donc je suis

4 janvier 2017

Le voici, ce tag bien sympathique qui tourne en début d’année, comme un moyen d’accrocher nos lectures à notre vie et à cette année passée !

Le but est de répondre aux questions avec des titres des livres lus l’année dernière. Je me lance !

Décris-toi…
Une femme simple et honnête (Robert Goolrick)

Comment te sens-tu ?
Le livre du hygge (Meik Wiking)

Voir l’article

challenges lectures

Ma liste de lecture pour 2016

3 janvier 2016

J’espère que vous avez passé de merveilleux moments pour les fêtes et je vous souhaite à tous une fantastique année 2016, meilleure en tous points que 2015 ! Des livres, des amis, du thé, quelques voyages et un soupçon de magie devraient faire l’affaire, qu’en dites-vous ? 🙂

Même si j’ai abandonné quasiment tous les challenges depuis quelque temps (c’est bien sûr sans compter la délicieuse folie british orchestrée désormais par Plaisirs à cultiver), j’avais envie cette année de pimenter un peu mon choix de lectures. Finalement, à quelques exceptions près, je reste très classique dans mes choix de livres : une couverture sublime, un nom victorien, un russe ou l’une de mes 3 W (Wharton, Woolf, Sackville-West) suffisent à me faire craquer. Autant dire que je ne m’aventure que rarement en dehors des sentiers battus. Et pourtant, je dois à ces hors-pistes la belle découverte de Pierre Lemaître (moi, lire un Goncourt, jamais !), de Nathalie Azoulai (merci Delphine !) ou encore J. Courtney Sullivan (dont je n’ai apparemment pas lu le meilleur, en plus !). Voir l’article

challenges gourmandises

Mini cookies chocolat aux pépites de chocolat blanc

29 juin 2014

Mini-cookies

Les meilleurs cookies du monde sont à mes yeux ceux de Laura Todd ! Alors, quand un livre est paru chez Marabout avec leurs recettes, ni une ni deux, je suis devenue une spécialiste des cookies maison. Le secret, c’est de ne pas les laisser trop cuire, car ils durciront encore une fois sortis du four,; et d’utiliser du sucre roux… Et j’ai adopté la taille mini, c’est plus facile à manger et à partager :).

Voici une recette tout chocolat : du cacao en poudre dans la pâte et des pépites de chocolat blanc. Vous trouverez la recette sur le site de Laura Todd !

Mini-cookies  Mini-cookies

Mini-cookies  Mini-cookies

Mini-cookies  Mini-cookies

Je ne crois pas que les cookies soient une spécialité anglaise, mais je considère quand même que cette recette peut faire partie du Mois anglais !!

Mois anglais
Billet rédigé dans le cadre du Mois anglais de TitineLou et Cryssilda

challenges films et séries

Downton Abbey – Une saison à Londres dans les années 1920 [saison 4]

29 juin 2014

London season Lady Edith

La saison 4 de Downton Abbey s’achevait sur la perspective de la présentation à la Cour de Lady Rose. Pour l’épisode de Noël de la saison 4, l’équipe s’est donc surpassée en nous offrant un épisode éblouissant, réalisé en grande partie à Londres, entre grands bals, présentations officielles à Buckingham et visites de musées. Pour garder le mystère sur l’intrigue, je ne vous présente les nouvelles têtes de cet épisode, mais je vous montre tout de même leurs costumes !

La taille basse est généralisée, et les robes sont complètement longilignes ou bien agrémentées de jupes bouffantes en-dessous de la taille, pour rester dans le style de la Cour. On retrouve les tissus des dernières saisons, travaillés de manière plus riche : voiles et dentelles, perles et passementeries. La longueur est définitivement plus courte, tout au moins pour les plus jeunes, qui la portent à mi-mollet. Les coiffures prennent une grande place dans le costume : les headbands sont des bijoux qui se portent au milieu du front ou sur le haut des cheveux. Ils se portent avec des plumes lors des cérémonies officielles. En images, voici les grands moments de cet épisode haut en couleurs !

Pique-nique :

Downton Abbey season 4 Christmas Special Fashions Voir l’article

challenges

Le mois de mars avec Guerre & Paix de Tolstoï

1 mars 2014

guerre et paixBonjour à tous ! Comme prévu, je vous propose ce mois-ci de nous retrouver autour du chef d’œuvre de Tolstoï, Guerre & Paix. Au programme :

IMG_20140128_095235– une lecture coachée du roman est en cours avec Shelbylee, Caro, Olivier, Praline et Romanza. N’hésitez pas à nous rejoindre si vous voulez vous lancer ! Nous faisons le point sur Facebook tous les dimanches soir pour savoir où nous en sommes.

Quelques conseils sur les traductions : je déconseille fortement les versions numériques gratuites qui sont des traductions libres ou incomplètes du roman réalisées au XIXe siècle. La version de référence est pour moi celle de Folio, en deux tomes, traduite par Boris de Schloezer en 1960. Mais une nouvelle traduction a été réalisée en 2002 par Bernard Kreise et disponible en Points. Son approche est intéressante car il a retenu une autre version de l’auteur, postérieure à celle de Folio, moins longue, épurée des méditations philosophiques et plus accessible au grand public. Il semble que cette édition ait aussi une fin radicalement différente, donc à vous de choisir !

Guerre et paix, Tolstoi Guerre et paix, Tolstoi Guerre et paix, Tolstoi

– si vous avez déjà lu le livre, ou que vous n’avez pas le courage de vous y attaquer, il existe 4 adaptations différentes à dévorer avec les yeux…

– les recettes de cuisine, billets sur la société russe de l’époque, ou tout autre sujet ayant un lien proche ou lointain avec Guerre & Paix sont les bienvenus !

Vous pouvez déjà consulter :

À lire ici ou là :

N’hésitez pas à signaler vos articles en commentaire de ce billet, et bien sûr à utiliser les logos que vous voulez.

Alors bon mois de mars russe avec Война и мир !