lectures

Le coeur est un chasseur solitaire, Carson McCullers

3 septembre 2016

9782253031758-TIl y avait dans la ville deux muets que l’on voyait toujours ensemble.

Dans une petite ville du sud des Etats-Unis, dans la chaleur étouffante d’un été, un sourd-muet est à la croisée des chemins pour quatre autres personnages, aussi différents les uns des autres. Une enfant, un peu garçon manqué, fait son entrée dans l’adolescence, dans un tourbillon de désirs de musique, de gloire, d’ailleurs. Un médecin noir, épuisé par la lutte pour une reconnaissance plus juste des siens, est rejeté dans la solitude par l’incompréhension, jusque dans sa propre famille. Un défenseur des droits des travailleurs, un « rouge », tente de remonter la pente de l’alcoolisme. Un patron de bar, soudain veuf, s’interroge sur le sens de tout ça, la vie…

Chacun d’entre eux pense avoir trouvé dans le sourd-muet une oreille attentive, un confident, voire un compagnon qui partage ses pensées, ses doutes et ses espoirs. Mais qu’en savent-ils ? Que savent-ils de l’histoire de cet homme, que le lecteur découvre au début du livre ? Celle d’une amitié extraordinaire, d’une amitié perdue que l’homme cherche à maintenir en vie, bien loin des préoccupations de ses voisins. Et pourtant, un léger sourire flotte sans cesse sur ses lèvres.

Ce qui frappe d’abord dans ce roman, c’est la puissance des personnages, l’originalité de ces destins, notamment celui du sourd-muet, sortis de l’imagination de l’auteur à l’âge de vingt-deux ans seulement, et à la fin des année 30, à une époque où le roman commence seulement à faire sa mue. Ici, il n’y a pas d’histoire, il n’y a pas dé début ni de fin, il n’y a pas de héros, il y a la vie et la solitude de l’homme. Au-delà de la forme du roman, cette modernité s’exprime aussi dans le traitement des thèmes, notamment la cause noire ou la voix de l’enfance exprimée à travers Mick.

Elle se réfugia dans la salle de bains et en verrouilla la porte. Les murs qui l’entouraient de si près semblaient condenser toute l’excitation. Elle se sentait si différente de l’ancienne Mick Kelly qu’elle comprit que ceci dépasserait tous les événements de sa vie entière.

Roman de la solitude, de l’incompréhension, roman de la nature humaine, inapte à communiquer réellement avec les autres, mais poussée par une soif d’espoir inextinguible, ce texte a sans nul doute marqué un tournant dans la littérature américaine. Il ne m’a pas autant plu que je l’aurais souhaité, mais les interrogations universelles qu’il soulève me hanteront longtemps.

Le coeur est un chasseur solitaire, Carson McCullers

Cette lecture est une participation au Mois américain organisé par Plaisirs à cultiver !

america

Je vous recommande :

5 commentaires

  • Répondre Titine 3 septembre 2016 at 11 h 13 min

    Comme tu le sais, c’est un roman que j’ai beaucoup aimé pour l’originalité de sa construction et pour son incroyable et saisissante galerie de personnages. Je suis contente de voir qu’il t’a quand même plu, peut être est-il trop sombre pour t’emporter complètement.

  • Répondre Marie-Claude 3 septembre 2016 at 18 h 47 min

    Il me tarde de le relire. Le souvenir que j’en garde est marquant.

  • Répondre Le mois américain 2016 – Billet récapitulatif | Plaisirs à cultiver 4 septembre 2016 at 12 h 08 min

    […] : Un travail comme un autre de Virginia Reeves  -Eliza : Le coeur est un chasseur solitaire, de Carson McCullers -Lili : Certaines n’avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka -Sharon : Les belles choses que […]

  • Répondre Alex-Mot-à-Mots 5 septembre 2016 at 11 h 20 min

    Me voilà tentée par cette lecture. Je note.

  • Répondre Je lis, donc je suis – Lectures & co 4 janvier 2017 at 11 h 07 min

    […] que tu as à donner ? Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur (Harper Lee) La pensée du jour… Le cœur est un chasseur solitaire (Carson McCullers) Comment aimerais tu mourir ? Rue des Boutiques obscures (Patrick Modiano) […]

  • Laissez-moi un commentaire !