films et séries

Downton Abbey, saison 1

5 octobre 2012

Alors que les Anglais frémissent tous les dimanches soirs devant la troisième saison de Downton Abbey, et que les Américains piétinent avant de pouvoir la découvrir en janvier prochain, la série est encore très peu connue en France. Plusieurs fois primée pour la qualité de son scénario, le jeu des acteurs, les décors ou encore les costumes, Downton Abbey représente la quintessence de l’élégance toute aristocratique (même downstairs) britannique.

Le concept de la série est de raconter la vie de Downton Abbey, domaine du comte de Grantham, de sa famille et de l’ensemble des domestiques qui travaillent dans la maison. Les allers-et-retours entre upstairs (la famille) et downstairs (les domestiques) font tout le sel des épisodes.

La principale particularité de la série, qui est aussi sa grande réussite, c’est l’idée ingénieuse de Julian Fellowes (scénariste notamment de Gosford Park) de se placer d’emblée dans le temps long. La première saison commence en 1912 et se termine avec l’annonce de la guerre en 1914. La deuxième saison commence pendant la guerre en 1916 et s’achève en 1919. Le Christmas Special se situe à Noël 1919. La saison 3 débute pendant l’année 1920. Ce choix permet de mêler habilement les détails de la vie quotidienne aux grands changements historiques de cette période : le traumatisme de la guerre, la place des femmes, l’effondrement des valeurs de l’aristocratie triomphante…

[Je ne garantis qu’il n’y ait pas quelques spoilers dans ce billet, mais j’ai essayé de ne pas dépasser les premiers épisodes…]

Lord Robert Crawley, comte de Grantham, vit à Downton Abbey avec sa femme Cora, une Américaine (l’une des Boucanières arrivées en Angleterre à la fin du XIXe siècle), et ses trois filles : Mary, Edith et Sybil. Les trois jeunes filles ont des caractères très différents : Mary sait qu’elle doit chercher un mari et espère bien une conquête glorieuse, Edith, moins jolie, reste souvent en retrait mais nourrit pour son aînée une jalousie de longue date, enfin Sybil, la plus jeune, fait l’apprentissage de la politique en s’intéressant aux droits des femmes.

Lady Violet Grantham, la comtesse douairière, gardienne des traditions, vit dans une maison sur le domaine et rejoint régulièrement la famille. Au milieu des drames qui secouent le domaine, la comtesse douairière, jouée par l’inégalable Maggie Smith, fait preuve d’un humour salvateur et réjouit par ses répliques toujours plus ironiques.

Du fait de l’absence de fils dans la famille Crawley, la question de la transmission du domaine de Downton et du titre de comte est l’une des principales préoccupations de Lord Grantham. En avril 1912, son cousin Patrick Crawley, jusqu’alors héritier du domaine, est porté disparu lors du naufrage du Titanic. Alors que Lady Grantham et la comtesse douairière soutiennent le droit de Mary d’hériter du domaine, Lord Crawley décide finalement de nommer comme héritier un lointain cousin, avocat à Manchester, Matthew Crawley. Matthew et sa mère, Isobel, viennent alors s’installer à côté du domaine et s’intègrent non sans heurts à la vie à Downton Abbey. « Ils ne me changeront pas » : redoutant de devenir du jour au lendemain un noble oisif, Matthew retrouve près du village une place d’avocat, tandis qu’Isobel s’implique, au grand dam de la comtesse douairière, dans la vie de l’hôpital, en sa qualité d’ancienne infirmière, et y apporte de nouvelles méthodes.

Pour faire tourner le domaine de Downton et surtout la maison, Carson, le majordome sévère mais juste, règne sur une armée de domestiques. Homme de confiance du comte, il est l’une des rares personnes à entretenir des relations à la fois avec la famille (on le découvre assez proche de Lady Mary) et avec les domestiques. Mrs Hughes, la gouvernante, encadre les femmes de chambre et la cuisinière, Mrs Patmore. Miss O’Brien est la femme de chambre de la comtesse et Anna, femme de chambre en chef, s’occupe aussi des trois filles du comte. Les deux valets de pied, William et Thomas (le méchant de la série !), servent à table. En parallèle de l’arrivée de Matthew upstairs, on suit l’installation de Mr Bates downstairs, ancienne ordonnance du comte pendant la guerre, qui vient comme valet de chambre du comte. Une blessure à la jambe le fait boiter et ce handicap lui attire les foudres des autres domestiques qui estiment que sa place n’est pas parmi eux. Heureusement qu’Anna est là pour l’accueillir chaleureusement. Ces deux-là forment assurément le plus beau couple de la série : la droiture et l’honnêteté de Bates n’ont d’égal que la gentillesse et la douceur d’Anna. Malheureusement, les révélations successives sur le passé de Bates ne vont pas leur rendre la vie facile…

  

L’intrigue principale de cette première saison concerne Lady Mary : alors qu’elle est en quête d’un mari, la jeune femme se laisse aller à une conduite très imprudente avec un diplomate turc. Lorsque celui-ci meurt brutalement dans le lit de la jeune fille, il est trop tard pour regretter son acte : le scandale qui découlerait de la divulgation des circonstances de cette mort est l’un des fils qui parcourt l’ensemble de la série. Le mariage de Mary devient alors la priorité de Lady Grantham et de la comtesse douairière, pour étouffer cette affaire. La solution viendra peut-être de Matthew, qui malgré un départ difficile, est attiré vers la jeune femme. Pour Lord Grantham, c’est la solution idéale : Mary, sa fille chérie, resterait ainsi maîtresse de Downton… Mais Mary, si consciente de son statut, peut-elle aimer ce cousin qui ne connaît rien aux usages du grand monde ?

 

De très nombreuses intrigues secondaires sont développées au gré des épisodes : la comtesse douairière et Isobel Crawley ne cessent de s’envoyer des piques et utilisent le pauvre Docteur Clarkson comme arbitre de leurs disputes, Mrs Patmore, la cuisinière, apprend avec poigne le métier à la petite Daisy, Lady Sybil provoque la surprise de sa famille en soutenant le droit de vote des femmes, Thomas et Miss O’Brien complotent contre toute la maison et la jeune femme de chambre Gwen tente de sortir de la domesticité en apprenant la sténo… Tous les personnages, aussi nombreux soient-ils, ont le droit à leur petite histoire pendant cette première saison : cela apporte à la fois une dimension très humaine, puisqu’on découvre leurs espoirs, leurs joies et leurs peines, mais aussi de la variété d’un épisode à l’autre.

 

La beauté de cette série est à la fois esthétique et scénaristique. Pas de grands sentiments, mais des scènes très touchantes, des dialogues d’une grande finesse, un jeu d’acteur à la hauteur et des costumes tout simplement magnifiques (voir mon billet sur la mode edwardienne dans Downton Abbey). La série est entièrement tournée au splendide château de Highclere, qui donne un cachet supplémentaire à l’ensemble. Le contraste saisissant entre l’agitation downstairs et une certaine nonchalance upstairs est affiché dès les premiers épisodes. La façon de filmer renforce ce rythme, car la caméra suit à travers les couloirs une personne, puis une autre : on a l’impression que les domestiques ne s’arrêtent jamais ! Le faste et le confort déployés dans la maison sont très représentatifs de la façon de vivre de l’époque : le comte s’occupe de son domaine et de ses fermiers, tandis que les femmes de la famille font des visites, se promènent, se changent et… au fond s’ennuient un peu ! On regrette presque aujourd’hui d’avoir abandonné l’habitude de se changer le soir : cela confère une certaine dignité au dîner, qui devient le moment phare de la journée. J’ai été particulièrement touchée par la simplicité des rapports entre la famille Crawley et les domestiques : ces derniers sont vraiment dévoués à leur service (sauf peut-être l’ambitieux Thomas) et en retour, Lord et Lady Grantham veillent sincèrement sur eux et leur viennent en aide.

  

Côté acteurs, c’est un sans faute ! Je n’en changerais pas un seul : Brendan Coyle (qui jouait dans Nord & Sud, d’Elizabeth Gaskell) est excellent dans le personnage mystérieux de Bates, tandis que Hugh Bonneville (aussi vu dans Daniel Deronda, Coup de foudre à Notting Hill, Lost in Austen ou Le Choix de Jane) est le parfait gentleman, soucieux du bonheur des siens, avec un grand sens de l’honneur et Dan Stevens (Sense & Sensibility) est bien meilleur en Matthew Crawley qu’en Edward Ferrars ! Maggie Smith est la cerise sur le gâteau de ce casting…

Pour terminer, quelques détails en vrac que j’ai aimés dans cette saison : Lady Mary scandalisée de voir ses parents dormir dans la même chambre, l’amitié se renouer entre Lord Grantham et Bates, la comtesse douairière chavirer sur un fauteuil assez moderne, Matthew Crawley tomber petit à petit sous le charme de Downton, Branson, le chauffeur irlandais révolutionnaire, l’obstination de Gwen, la tendresse que l’on ressent entre Lord et Lady Grantham et l’amour qu’ils ont pour leurs filles, Carson, plus royaliste que le roi, les promenades de Lady Edith et Sir Anthony Strallam, la course au mari orchestrée par Lady Grantham et la comtesse douairière,  la gouaille de Mrs Patmore…

Je vous laisse découvrir, si vous ne les connaissez pas déjà, le très beau générique de la série, inchangé jusqu’à ce jour, ainsi que la bande-annonce de cette première saison (bande-annonce qui dénature l’esprit de la série, en faisant croire à de sordides complots, mais bon !)…

Autour de Downton Abbey :

Je vous recommande :

Pas de commentaires

  • Répondre eiluned 5 octobre 2012 at 22 h 01 min

    Tu as tout dit ! Si la saison un pose surtout les personnages et l’intrigue (enfin à mon sens, même si les choses avancent bien sûr), je crois que la saison deux offre encore plus de détails, de richesse, et de profondeurs aux personnages. Du coup j’ai hâte de lire ce que tu vas bien pouvoir nous dire de cette saison 2 ^^
    Sinon bien sûr, comment ne pas adorer Maggie Smith qui crève l’écran ! C’est ma préférée upstairs, avec Sybille, downstairs, c’est Bates et Anna, bien sûr !

    • Répondre Eliza 6 octobre 2012 at 7 h 44 min

      Pour le coup, je préfère cette première saison à la deuxième (non, en fait, je préfère le Christmas Special !!), mais tu as raison, on rentre plus en profondeur dans la saison 2, notamment sur le comte ou sur Carson…!

  • Répondre Syl. 6 octobre 2012 at 6 h 58 min

    Mais j’adore ! Ton billet est superbe ! et toutes ces photos !!! Je dois le visionner bientôt en dvd avec sous-titrage.

    • Répondre Eliza 6 octobre 2012 at 20 h 02 min

      Merci Syl, j’espère que cela t’a donné envie 😉

  • Répondre Alexandra 6 octobre 2012 at 8 h 26 min

    (Je plussoie pour le Christmas Special … *cri intérieur*). J’ai englouti les deux saisons d’un trait, après les avoir achetées sur un coup de tête sur Amazon UK (j’ai eu les deux saisons pour 21 euros avec les frais de port, le jeu en valait la chandelle) et je ne regrette absolument pas cette acquisition, bien au contraire. C’est sûr que la vie dans les familles aristocratiques de l’époque ne se déroulait pas toujours de cette façon, je pense que quelques clichés ou quelques idéaux-types subsistent dans la série. Mais j’ai été happée par le style et l’esthétisme et j’apprécie le fait que l’on avance dans le temps, qu’on ne reste pas bloqué à une certaine date. Les acteurs sont absolument géniaux, tous sans exception ! Le casting est une autre force de cette série qui gagnerait à être plus connue, comme tu le dis toi-même :D.

    (Une question totalement HS que je me pose depuis que j’ai vu ton blog pour la première fois : comment tu as fait pour 1) changer la police d’écriture du thème, 2) changer la couleur des liens !)

    • Répondre Eliza 6 octobre 2012 at 13 h 17 min

      Oui, cette série gagne tellement à être connue !! C’est une bulle dans laquelle on peut se réfugier pour se changer les idées…!
      (En fait, un jour, j’ai craqué, j’ai acheté l’extension Custom Design, du coup, j’ai pu choisir une autre police, puis aller directement dans la feuille de style CSS et changer les couleurs des liens et des titres de rubrique…)

      • Répondre Alexandra 6 octobre 2012 at 20 h 21 min

        Exactement ! Quand je la regarde, j’ai l’impression de vivre l’histoire avec les personnages :D.
        (Ceci explique cela :p. En tout cas, c’est superbe :D.)

  • Répondre Bianca 6 octobre 2012 at 8 h 49 min

    bravo, tu n’as rien oublié ! moi aussi j’adore cette série et je trouve les saisons bien trop courtes. Le couple baites/anna est très mignon malheureusement le sort s’acharne sur eux, tous les acteurs sont excellents avec mention spéciale à Maggie Smith, délicieuse dans ce rôle. Sinon le christmas special n’a pas été diffusé en France, c’est le seul que je n’ai pas et j’attends désormais la saison 3 avec impatience !!

    • Répondre Eliza 6 octobre 2012 at 13 h 23 min

      J’espère vraiment que TMC aura l’intelligence de le mettre en décembre, ce serait génial !!! L’année dernière, je n’avais pas résisté : j’avais acheté les DVD de la saison 2 et du Christmas Special en anglais, ils sortent juste après la diffusion. Je pense que je n’hésiterai pas longtemps pour la saison 3 !! Du coup, si tu veux, je peux te prêter le DVD du Christmas Special !

  • Répondre Miss Léo 6 octobre 2012 at 11 h 22 min

    Superbe billet, très complet et très bien illustré !
    Je n’ai malheureusement pas vu le Christmas Special, et j’attends avec impatience la saison 3.

  • Répondre Marie 6 octobre 2012 at 11 h 29 min

    Je viens justement de regarder la première saison et je suis conquise. Je viens de me commander la saison 2 et le Christmas special dans la foulée et je les attends avec impatience. Moi aussi j’adore Maggie Smith. Je te rejoins à peu près sur tout : les costumes sont magnifiques et il n’y a pas un seul acteur que je voudrais changer.

    • Répondre Eliza 6 octobre 2012 at 13 h 26 min

      Oui, c’est rare que le casting me plaise complètement, mais là c’est vraiment un très bon choix. Maggie Smith, quelle femme… elle donne du piquant à la série !! 😀

  • Répondre Deuzenn 6 octobre 2012 at 15 h 56 min

    Merci pour ce billet sur cette excellente série! J’ai dévoré la saison 2… et j’attends de voir le Christmas Special avec impatience!!

  • Répondre alexmotamots 8 octobre 2012 at 9 h 32 min

    J’ai hâte que la saison 3 commence…

    • Répondre Eliza 8 octobre 2012 at 14 h 43 min

      J’ai commencé récemment, ça redémarre très fort !!

  • Répondre Alice 10 octobre 2012 at 22 h 33 min

    Ahh quel bel article!! J’adore cette série mais c’est vrai que contrairement à toi, j’avais moins aimé que la saison 2. C’est vraiment là que c’est devenu une passion pour moi!! J’attends un peu avant de visionner la saison 3, je fais durer le plaisir!! Et il faut que je m’achète le DVD français de la saison 1 pour la revoir maintenant que je suis plus attachée aux personnages!!

    • Répondre Eliza 20 octobre 2012 at 6 h 32 min

      En la revoyant, j’ai trouvé la saison 2 magnifique…! Je me réserve aussi pour la saison 3, même su je n’ai pas pu m’empêcher d’aller voir quelques images des premiers épisodes 😉

  • Répondre Romanza 14 octobre 2012 at 6 h 36 min

    J’ai adoré les deux premières saisons …. Je me suis totalement immergée dans cette univers! Il faudrait d’ailleurs que je me lance dans un billet moi aussi!

    • Répondre Eliza 20 octobre 2012 at 6 h 34 min

      Oh oui, faisons fleurir les billets sur Downton Abbey sur la blogo, cela fera connaître la série !! 😀

  • Répondre Hydromielle 15 octobre 2012 at 12 h 38 min

    J’ai vraiment beaucoup aimé cette série que j’ai trouvé très originale dans le sens où elle ne ressemble pas du tout aux séries qui passent en ce moment.
    Je me suis attachée à beaucoup de personnages, notamment Lady Violet qui est excellente, ses répliques et le ton qu’elle prend me font mourir de rire.
    La saison 2 est également très bonne mais m’a laissé sur ma faim…. vite la 3ème

    • Répondre Eliza 20 octobre 2012 at 6 h 35 min

      J’adooore Violet, c’est vraiment LE must de cette série, mais chapeau aussi au scénariste parce que ses répliques sont génialissimes 😀

  • Répondre Comment avons-nous pu vivre sans notre boutique Just’Caf’Thé ? | Les Gribouilles scrabblent. 15 octobre 2012 at 23 h 28 min

    […] Downton Abbey, saison 1, sur Passions Lectures, le blog d’Eliza. (Cliquez sur le lien pour lire son article.) […]

  • Répondre Jamestine 26 octobre 2012 at 7 h 39 min

    Ton article est super complet !! 😀 J’adore tout autant cette série, j’en suis d’ailleurs à la saison 3 et je ne m’en lasse toujours pas ^^
    Ton blog est très beau sinon 😉

    • Répondre Eliza 26 octobre 2012 at 7 h 53 min

      Merci Jamestine 🙂 j’espère donner envié de découvrir cette série !! Je ne regarde pas encore la saison 3, le DVD va sortir très rapidement donc je préfère l’avoir en bonne qualité et avec les sous-titres 😉
      J’ai découvert ton blog il y a peu mais j’ai déjà l’impression qu’on a plein de lectures en commun !!

  • Répondre Downton Abbey, saison 2 | Passion Lectures 1 juin 2013 at 7 h 00 min

    […] Abbey est sans doute l’une des meilleures séries historiques que j’ai pu voir. Je vous parlais l’année dernière de la première saison, voici maintenant mon avis sur la saison 2 et l’épisode de Noël "Christmas à Downton […]

  • Répondre Downton Abbey – la mode des années 1920 | Passion Lectures & co 29 septembre 2013 at 13 h 29 min

    […] Saison 1 […]

  • Répondre Downton Abbey – la mode edouardienne | Passion Lectures & co 29 septembre 2013 at 13 h 31 min

    […] Saison 1 […]

  • Laissez-moi un commentaire !