lectures

Embuscade pour un piano, Thomas McGuane

5 mars 2012

Présentation :

Qu’un piano soit criblé de chevrotine par un enfant embusqué dans un arbre, et c’est l’harmonie du monde qui vole en éclats. Mais que cet enfant, le nez plongé dans les entrailles de l’instrument, l’imagine chargé d’épices et voguant intact sur l’océan, et c’est l’imaginaire qui ordonne un chaos burlesque jubilatoire. Thomas McGuane reprend à son compte la tradition picaresque en la transposant dans l’espace américain des années 70. Son jeune héros, Nicholas Payne, successivement routard paumé, amoureux transi, cow-boy dérisoire, bâtisseur de chauves-souricières pour le compte d’un inénarrable amputé multiple, nous entraîne dans d’invraisemblables aventures.

« Une fable épico-comique, où les souvenirs de Cervantès et de Rimbaud se mêlent à la fantaisie et, surtout, au prodigieux bonheur d’écrire qui est la marque de l’œuvre de McGuane. » (Patrick Raynal, Le Monde)

Ce que j’en dis :

Nicholas Payne est un jeune homme désœuvré qui parcourt à moto les grands espaces américains pour s’efforcer de ne jamais être aux prises avec la réalité de la vie. A l’âge où commencent les interrogations sur le sens de cette vie, il fait deux rencontres qui auront chacune sur lui une influence différente. Avec Ann Fitzgerald, jeune fille de bonne famille dont les parents ne pourront jamais comprendre sa philosophie, il découvre les affres de l’amour mais se confronte à ce qu’il déteste le plus : devoir se justifier, expliquer ses actes. Et par réaction, ses « beaux-parents » ne feront qu’accentuer encore la folie et l’inconséquence de Payne. De l’autre côté, il y a C.J. Clovis, ancien obèse en proie à la gangrène, dont le corps régresse de manière assez tragique tout au long du roman. C’est lui qui malgré son état donnera du travail à Payne en le faisant construire des tours pleines de chauve-souris pour éloigner les insectes.

Sur une base complètement loufoque, mélangeant les époques et les lieux, multipliant les personnages improbables et les dialogues caustiques, l’auteur déroule devant nos yeux l’épopée d’un homme, dont « le tumulte était avant tout la vocation première ». Ce n’est pourtant pas lui le vrai héros de ce roman : c’est le langage. Car ce que nous lisons, c’est une explosion de mots, de tournures, de métaphores dignes de Rabelais, qui m’ont fait penser, de manière assez incongrue, à ces nouveaux chocolats qui crépitent en bouche et résonnent dans tout le palais. Thomas McGuane est un amoureux des mots et la folie douce de ses personnages semble un prétexte à cette profusion littéraire. Le résultat est un texte difficile, mais qui ne manque pas d’humour, comme le prouve cette réflexion : « Il serait injuste d’isoler quelques faits inexplicables dans l’histoire récente de Codd et de le juger selon, sans parler de son passé ; ainsi, il n’est pas exclu que dans sa petite enfance il soit passé un certain nombre de fois sous les roues d’une voiture. » ! J’ai plusieurs fois décroché, n’étant pas habituée à ce style cynique ni à un réalisme parfois cru. Et j’ai plus d’une fois été complètement désemparée par la tournure des événements…

Ce que j’en fais :

Un grand merci à Babelio et aux éditions Christian Bourgois pour ce livre qui m’a fait découvrir un aspect de la littérature américaine contemporaine. Malgré un avis en demi-teinte, cela m’a clairement donné envie de lire d’autres textes dans cette veine !

Ils en parlent aussi :

  • Malice : « L’écriture est intéressante, mais c’est l’histoire qui n’a pas réussit à me captiver »
  • et sur Babelio

Editions Christian Bourgois, collection « Titres »

Je vous recommande :

3 commentaires

  • Répondre Titine 6 mars 2012 at 15 h 35 min

    J’ai découvert McGuane il y a peu de temps et les 4ème de couverture de ses livres me donnaient très envie. J’aime beaucoup le cynisme, celui-ci devrait me plaire.

    • Répondre Eliza 6 mars 2012 at 17 h 37 min

      alors je te le conseille, tu vas être servie 🙂

  • Répondre Asphodèle 18 mars 2012 at 11 h 00 min

    Je suis à demi convaincue donc je ne le note pas pour l’instant ! 🙂 Et vu tous les livres en retard qui m’attendent…cela devrait bien passer !^^

  • Laissez-moi un commentaire !