lectures

J-23 : Autant en emporte le vent, Margaret Mitchell

2 décembre 2013

Autant en emporte le vent, Margaret Mitchell Autant en emporte le vent, Margaret Mitchell Autant en emporte le vent, tome III, Margaret Mitchell

C’est à Netherfield Park et à leur challenge XIXe siècle que je dois cette lecture qui a été un vrai coup de cœur. Elles ont proposé de lire le tome 1 en lecture commune, mais le découpage des tomes est tellement mal fait, que je n’ai pas pu m’empêcher de continuer et de dévorer les trois dans la foulée ! Je connaissais le film bien sûr, et bien que je l’aie vu il y a près de quinze ans, je me souvenais de beaucoup de choses… Cela n’a rien enlevé à la découverte du livre, au contraire.

Scarlett O’Hara est un pur produit du Sud : fille d’un planteur irlandais qui a fait fortune lui-même, elle est issue du côté de sa mère d’une famille parmi les plus nobles de Savannah. Mais elle est loin de se ressembler à sa mère, la douce Mrs Helen, généreuse et charitable, qui a essayé d’élever ses trois filles dans les mêmes valeurs. Scarlett tient beaucoup plus des O’Hara avec son caractère volontaire et entêté et son attachement viscéral à Tara, leur plantation. À seize ans, elle est la reine du comté : capricieuse et mutine, elle attire tous les hommes autour d’elle quand cependant elle est secrètement amoureuse du seul qui ne la regarde pas, le bel Ashley Wilkes. Car Ashley vient d’annoncer ses fiançailles avec sa cousine Mélanie, la terne et triste Mélanie…

La vie indolente du Sud, rythmée par les chants des esclaves dans les plantations de coton, faite de bals et de barbecues où les grandes familles de Géorgie s’invitent à tour de rôle, est un âge d’or pour toute une génération. Aussi lorsque la guerre (que l’on n’appelle pas encore « de Sécession ») éclate, elle n’est d’abord qu’un moyen de plus pour les jeunes gens du comté de prouver leur bravoure. Après tout, ils sont si sûrs de gagner, il est temps de donner une bonne leçon à tous ces rustres du Nord. Mais leur dévouement et leur attachement à la Cause de la Confédération ne peuvent rien contre les canons des Yankees. La liste des morts s’allonge, les combats s’éternisent, le Sud est en proie aux flammes et aux razzias des soldats nordistes. C’est toujours dans les périodes les plus sombres qu’apparaissent des opportunistes prêts à se ranger d’un côté ou de l’autre pour faire fortune, et ainsi apparaît Rhett Butler, fameux « forceur de blocus », aventurier coureur, bien qu’issu lui aussi d’une grande famille de Charleston.

Scarlett, Ashley, Rhett, Mélanie : ces quatre personnages sont les piliers du roman et des liens inextricables se créent entre eux tout au long de l’histoire. Aucun de ces personnages n’est vraiment ce qu’on pense d’eux au début du roman. C’est tout le talent de l’auteur que de nous amener à aimer, admirer ou mépriser l’un ou l’autre tour à tour. Scarlett, malgré ses airs de peste, révèle une force de caractère qui seule lui permet de survivre à l’enfer qu’est devenu le Sud pendant et après la guerre. Elle connaîtra la misère, la faim et la honte, elle sera autoritaire, dure, sans scrupules, mais avec une seule idée en tête – défendre sa terre, défendre Tara – elle remontra au sommet. Mais à quel prix ?

tumblr_mo2quy09H11qakh43o9_250 tumblr_mo2quy09H11qakh43o7_250 tumblr_mo2quy09H11qakh43o8_250 tumblr_mo2quy09H11qakh43o2_250

Ashley perd peu à peu aux yeux du lecteur l’aura que lui donne l’amour de Scarlett. Il est homme du Sud, homme du passé, et incapable de trouver ses repères ni sa place dans ce nouveau monde. Mais plus que tout, se découvre une lâcheté et une mollesse vis-à-vis de Mélanie et de Scarlett qui me l’a rendu vite antipathique. Mélanie de son côté est un ange. Dévouée à Scarlett corps et âme lorsque celle-ci les sauve, elle et son bébé, de l’incendie d’Atlanta, elle voit toujours le bien chez les autres et soutient Scarlett envers et contre tout. Enfin, Rhett, aussi désinvolte que Scarlett est égoïste, révèle peu à peu une personnalité bien loin de la réputation de spéculateur qui le précède dans toute la Géorgie. Mais pourquoi, pourquoi faut-il donc attendre les dernières pages, terribles, pour que Scarlett ouvre enfin les yeux sur cet homme ? Après des années d’une relation où l’orgueil le disputait à la fierté de ne pas se laisser dominer, ces deux étincelles se sont croisées sans que le feu prenne, faisant le malheur de l’un, puis de l’autre.

La galerie des personnages secondaires n’est pas en reste, entre les domestiques noirs, les familles O’Hara et Wilkes, les douairières d’Atlanta, l’auteur nous régale d’une société foisonnante, qui se reconstruit tant bien que mal sur les ruines de la civilisation sudiste. Évidemment, il est difficile aujourd’hui de lire ce livre sans être choqué par la manière dont sont évoqués les Noirs, qu’ils soient domestiques de maison, esclaves dans les plantations, ou affranchis. Mais pour nous Européens, c’est souvent bien difficile d’appréhender ce qu’était vraiment la ségrégation et on en voit ici les racines les plus profondes : l’idée forte que les personnes de couleur étaient plus proches des enfants que des hommes. Cela n’empêche pas l’existence de sentiments d’amitié et de loyauté des deux côtés.

Un monument à lire absolument !

Je vous recommande :

30 commentaires

  • Répondre mogador 2 décembre 2013 at 8 h 13 min

    J’adore aussi ce livre. Mille pages de bonheur!

    • Répondre Eliza 6 décembre 2013 at 6 h 34 min

      Oh oui, tout à fait d’accord !

  • Répondre sandy 2 décembre 2013 at 8 h 29 min

    Haaa !!! J’adore ce roman !! Taratata ! ^^

  • Répondre Polina 2 décembre 2013 at 9 h 07 min

    Hâte de pouvoir le lire, même si le temps me manque pour avancer dans mes lectures en prévision…

    • Répondre Eliza 6 décembre 2013 at 6 h 35 min

      Il faut parfois se laisser surprendre par une lecture qu’on n’avait pas prévue ;-). C’est ce qui m’est arrivé avec ce livre, acheté, commencé, dévoré !

  • Répondre titine75 2 décembre 2013 at 10 h 08 min

    En te lisant, je me dis que l’adaptation était très fidèle au roman. Je l’avais commencé lorsque j’étais jeune et jamais achevé. Tu me fais regretter de ne pas l’avoir terminé et me donne envie de m’y replonger.

    • Répondre Eliza 6 décembre 2013 at 6 h 36 min

      Oui, c’est vraiment fidèle, sauf deux ou trois détails qui ont leur importance dans le livre, par exemple le fait que Scarlett ait eu deux enfants de ses deux premiers maris ! Et j’ai lu aussi que l’équipe du film avait souhaité atténuer la vision des Noirs de l’auteur. La fameuse scène à Atlanta où Scarlett est agressée sur la route de la scierie a été changée : ce sont des Yankees qui l’agressent, alors que dans le livre, ce sont des Noirs affranchis.

  • Répondre Céline 2 décembre 2013 at 10 h 41 min

    J’ai découvert l’adaptation il y a quelques années et j’avais adoré. Maintenant, tu me donnes envie de découvrir le roman. J’espère pouvoir le lire bientôt.

    • Répondre Eliza 6 décembre 2013 at 6 h 47 min

      Oui, je te le conseille vraiment, c’est tellement plus riche que le film !

  • Répondre sissidebeauregard 2 décembre 2013 at 11 h 15 min

    Un de mes livres préférés… Je l’ai lu trois fois et je suis une grande fan du film aussi. Il y a d’ailleurs une suite, ‘Scarlett’ d’Alexandra Riplay, c’est moins bien mais on a tellement envie de savoir si Rhett reviendra que j’ai tout de même bien aimé…

    • Répondre Eliza 6 décembre 2013 at 6 h 48 min

      Je ne pense pas lire cette suite, après tout, c’est ainsi que l’auteur a voulu finir, en laissant Scarlett découvrir enfin ceux qui comptent pour elle !

  • Répondre belette2911 2 décembre 2013 at 11 h 46 min

    Honte à moi, jamais lu le livre, jamais vu le film et aucune intention de les voir… 😉

    Mais j’ai bien aimé ta chronique !

    • Répondre Eliza 6 décembre 2013 at 6 h 52 min

      Tiens, ça m’étonne de toi, cher cannibal !! 😉

      • Répondre belette2911 7 décembre 2013 at 20 h 51 min

        Trop romantique sans doute ?? Je ne sais pas pourquoi rien que d’y penser, ça ne me fait pas rêver…

        Je rate un grand moment ou pas ??

        • Répondre Eliza 7 décembre 2013 at 20 h 57 min

          Mais ça n’est pas vraiment romantique justement, puisque l’héroïne se trompe d’homme pendant 999 pages sur 1000 ;-). Il y a tellement d’autres choses dans ce roman !

          • belette2911 7 décembre 2013 at 21 h 02 min

            L’imbécile !! Moi, je me suis jamais trompée de mec sur autant de page !

            Bon, son Red Butler, elle l’épouse, ou pas ?? 😀

          • Eliza 8 décembre 2013 at 7 h 43 min

            Mais je n’ai pas envie de répondre, il faut que tu le lises !! 😉

          • belette2911 8 décembre 2013 at 9 h 34 min

            Grrrr ! 😈

  • Répondre Autant en emporte le vent, Tome 1 de Margaret Mitchell | Netherfield Park 2 décembre 2013 at 17 h 29 min

    […] dans le cadre d’une lecture commune avec Eliza (qui me fait rêver d’avance avec des images du […]

  • Répondre netherfieldpark 2 décembre 2013 at 19 h 08 min

    Je vois que cette série de livres t’a inspiré. Je suis très heureuse que tu ais adoré. Eliza, comment avons nous fait pour ne pas lire ce roman avant? 😀 C’est juste génial! J’ai hâte de lire la suite maintenant. Je retrouve Rhett et Scarlett ce weekend. J’ai hâte! 😉

  • Répondre Miss Léo 3 décembre 2013 at 0 h 08 min

    Lu, relu, rerelu. Sans nul doute l’un de mes romans préférés (tant pour l’aspect historique que pour les personnages). Je le relis régulièrement (en VO, c’est encore mieux), et j’y prends toujours autant de plaisir ! Sinon, je suis ultra fan de Vivien Leigh. 😉

  • Répondre estellecalim 3 décembre 2013 at 8 h 45 min

    Le tome 1 est dans ma PAL depuis super longtemps. Il faudrait que je l’en sorte 🙂

  • Répondre Romanza 3 décembre 2013 at 17 h 27 min

    Alléluia! Enfin ton avis …. et quel avis!!!!
    Merci de parler de ce GRAND roman.

  • Répondre les Livres de George 4 décembre 2013 at 9 h 17 min

    Je l’avais vu dans mon adolescence pendant un été en Tunisie, j’en garde un beau souvenir, mais connaissant le film par cœur., forcément les visages des acteurs me revenaient en tête, impossible d’imaginer Scarlett autrement que sous les traits de Vivien Leigh.

  • Répondre Autant en emporte le vent, Tome 1 de Margaret Mitchell | Dans le manoir aux livres 22 décembre 2013 at 19 h 23 min

    […] dans le cadre d’une lecture commune avec Eliza (qui me fait rêver d’avance avec ses images du film) et […]

  • Répondre 2013 en livres | Passion Lectures & co 1 janvier 2014 at 15 h 18 min

    […] Mitchell Margaret, Autant en emporte le vent  […]

  • Répondre Le Chat du Cheshire 4 janvier 2014 at 22 h 44 min

    Une chronique très intéressante ! Je dévore ce livre très régulièrement, impossible de m’en lasser 🙂 !
    Chacun des personnages se révèlent très différents au cours de l’intrigue, on les voit différemment, et certains changent de façon radicale !
    Un excellent roman <3

  • Répondre pitiponks 24 août 2014 at 12 h 28 min

    Ce roman, que j’ai lu l’année dernière il me semble (donc assez récemment), est le premier à m’avoir fait pleurer mais vraiment pleurer (grosses larmes et tout). C’est un roman superbe!

  • Répondre La Prose d'une Époque 22 février 2015 at 3 h 22 min

    C’est justement un monument que je compte attaquer cette année, mais avant ce pavé, je veux d’abord entamer « G&P » 🙂 Que de belles découvertes qui m’attendent 😀

  • Laissez-moi un commentaire !