challenges lectures

La bienfaitrice, Elizabeth von Arnim

30 juin 2013

La bienfaitrice, Elizabeth von ArnimPrésentation :

Anna Estcourt, vingt-cinq ans, emménage dans une petite propriété du Nord de l’Allemagne dont elle hérite à la mort de son oncle. Jolie, intelligente mais sans fortune, elle a grandi jusque-là avec son frère, sous la coupe de la femme de celui-ci, Susie.
Désormais en possession d’un revenu confortable, elle contrevient aux convenances de l’époque en ne se mariant pas, afin de conserver son indépendance. Mieux, elle propose généreusement un toit aux dames en détresse de sa nouvelle contrée, afin que celles-ci puissent faire de même – altruisme dont elle ne tardera pas à peser les inconvénients…
D’autant qu’Axel von Lohm, un gentleman de la région que son oncle espérait lui voir épouser, est tombé amoureux d’elle. Il va tenter de la faire changer d’avis…

Ce que j’en dis :

À dix-huit ans, Anna Estcourt semblait promise au plus bel avenir. Élevée par un frère qu’elle adore depuis la mort de leurs parents, sir Peter, elle est introduite en société par sa belle-sœur Susie, qui ne ménage pas ses efforts pour en faire une femme accomplie et susciter les propositions de beaux partis londoniens.  Mais Anna, pourtant charmante de visage et de manières, repousse toutes les offres qui lui sont faites. Et là voilà désormais âgée de vingt-cinq ans, déjà lasse des bals et des réceptions et du caractère vain d’une vie qui lui semble inutile. Mais une chose imprévue se produit : son oncle lui lègue à sa mort (et malgré ses trois fils) un domaine, des terres, un revenu, dans une région reculée d’Allemagne : Anna, folle de joie, décide d’y aller, puis une fois sur place, décide de s’y installer. Renonçant définitivement à se marier, elle imagine faire de sa maison un refuge pour des femmes de condition que la pauvreté aurait réduite à un sort misérable. Elle n’a qu’une idée en tête : rendre ces femmes heureuses autant qu’elle-même est heureuse, établir une communauté de sœurs qui s’aiment et se soutiennent. Mais rien ne va se passer comme Anna le souhaiterait… La difficulté de trouver ces femmes, puis de vivre avec elles, l’inexpérience d’Anna dans la gestion de son domaine qui lui met à dos ses gens, sa difficulté à communiquer en allemand, et surtout le voisinage du bel Axel von Lohm qui remet sans cesse en question ses projets font de ce chemin de roses un sentier sinueux et bordé d’épines. Anna n’a pour aller de l’avant que sa volonté farouche de rendre les autres heureux. Illusoire projet ?

La galerie de personnages que nous offre l’auteur autour de son héroïne est un pur délice : sir Peter, gentleman »philosophe » – entendez par là : qui ne s’intéresse à rien –, sa femme Susie, dévorée par l’envie de réussir en société en dépit de ses modestes origines, Letty, leur fille, adolescente un peu boulotte dont la tête est remplie de bêtises romantiques que lui raconte sa gouvernante, Miss Leech, le pasteur, trop heureux de pouvoir conseiller Anna dans ses desseins, mais aussi et surtout les trois dames invitées par Anna, deux vieilles pies et une jeune fainéante, ainsi qu’Axel von Lohm, dont les discussions avec Anna finissent en bouderies et incompréhensions. On a pendant toute la lecture le sourire aux lèvres.

Avec ce roman, j’ai eu l’impression de trouver un chaînon manquant : celui qui relie Jane Austen à Vita Sackville-West dans l’histoire littéraire anglaise. En plein règne victorien, Elizabeth von Arnim se sert de l’ironie pour éclairer la condition féminine, en profond questionnement. Il n’existe alors que deux voies pour une femme : le mariage (sécurité, moyens, famille, etc.) ou le célibat (solitude, difficultés financières, mise à l’écart de la société, etc.). L’héroïne prend dès le départ le parti de ne pas se marier, s’opposant ainsi aux conseils de son oncle. C’est pourtant grâce à lui qu’elle reçoit de quoi vivre autrement, seule et sans mari. Mais c’est aussi la réalisation de ce projet un peu fou de « demeure pour les âmes blessées » qui la met face à d’autres caractères de femmes qu’elle découvre bien plus mesquins qu’elle ne l’avait imaginé. On est donc là dans un réel roman d’apprentissage, avec une héroïne dont la naïveté peut paraître simpliste, mais qui donne de multiples occasions à l’auteur de dessiller les yeux d’Anna sur les vices et les vertus des femmes. L’auteur nous invite à considérer Anna avec sympathie, car ses buts sont nobles et son âme est belle. Mais cela ne l’empêche pas de taquiner son héroïne autant que les autres personnages, car rien ne lui sera épargnée avant de connaître, enfin, son destin.

Ce que j’en fais :

logo-challenge-victorienPour une première découverte de l’oeuvre d’Elizabeth von Arnim, ce roman fut un régal ! Une héroïne attachante, à la fois d’une grande naïveté due à sa jeunesse et son inexpérience, et néanmoins d’un tempérament très volontaire, une histoire originale et surtout, une langue parfaite servie par un humour ravageur, qui, j’ose le dire, n’a pas manqué de me rappeler Jane Austen, notamment lorsqu’il s’agit des manigances des dames hébergées par Anna. La fin semble malheureusement un peu précipitée et j’ai trouvé une remarque très juste sur Goodreads à ce sujet : « elle – l’auteur – semble subitement perdre tout intérêt pour son histoire et se contente de la terminer »… C’est malgré cela un coup de cœur et donc une nouvelle auteure qui rejoint immédiatement ma PAL : ses romans les plus connus sont Avril enchanté et Elizabeth et son jardin allemand.

Masse CritiqueJe remercie vivement Babelio et Archipoche pour la belle découverte de ce livre dans le cadre de Masse Critique. Elizabeth von Arnim étant une romancière d’origine anglaise dans la pure lignée des femmes écrivains britanniques, elle méritait d’être lue pendant le Mois anglais ! Ce roman signe aussi la réouverture du challenge victorien d’Aymeline prolongé pour 2013 !

Ils en parlent aussi :

banniere_mois_anglais_940_150

Je vous recommande :

Pas de commentaires

  • Répondre Miss Léo 30 juin 2013 at 15 h 15 min

    J’attendais ton billet pour savoir quoi penser de cet auteur, que je ne connaissais que de nom. Tu m’as convaincue !

    • Répondre Eliza 30 juin 2013 at 15 h 18 min

      J’espère que ça te plaira, je l’ai littéralement dévoré !!

  • Répondre Karine:) 30 juin 2013 at 15 h 49 min

    J’ai beaucoup aimé ce que j’ai lu de l’auteur à date! Elle entre dans le victorien? Je pense que j’ai trouvé ce que je vais lire pour juillet alors. Ce roman e VO est par contre super difficile à trouver chez moi.

    • Répondre Eliza 30 juin 2013 at 15 h 56 min

      ça ne m’étonne pas, c’est une réédition récente, il était introuvable en français avant…

  • Répondre Billet récapitulatif mois anglais 2013 | Plaisirs à cultiver 30 juin 2013 at 16 h 20 min

    […] La bienfaitrice d’Elizabeth Von Arnim chez Eliza […]

  • Répondre titine75 30 juin 2013 at 16 h 31 min

    Le premier que j’ai lu d’Elizabeth Von Arnim est justement « Avril enchanté » et j’ai été véritablement enchantée ! Je te conseille aussi « Vera » dont l’intrigue est très proche de « Rebecca ». J’ai hâte de découvrir celui-ci.

  • Répondre Claire 30 juin 2013 at 16 h 49 min

    Très beau billet Eliza!
    Je n’ai qu’une hâte maintenant: me précipiter en librairie pour me procurer au plus vite ce roman! J’ai déjà avril enchanté dans ma PAL mais tu me donnes très envie de commencer ma découverte de son œuvre avec la Bienfaitrice.

    • Répondre Eliza 30 juin 2013 at 17 h 58 min

      Tant mieux, tant mieux, il faut lire ce petit délice !!

  • Répondre netherfieldpark 30 juin 2013 at 18 h 09 min

    Il a l’air bien intéressant celui-ci. Je note! Merci pour la découverte et bonne soirée Eliza. 😉

    • Répondre Eliza 7 juillet 2013 at 16 h 06 min

      De rien Fanny, j’espère que ça te plaira !

  • Répondre Bianca 30 juin 2013 at 18 h 28 min

    Je ne connaissais pas du tout cette auteure mais je suis plus que convaincue Eliza, je note de suite 🙂

    • Répondre Eliza 7 juillet 2013 at 16 h 07 min

      J’avais entendu parler d’Elizabeth von Arnim mais sans du tout savoir à quoi m’attendre… je n’ai pas été déçue 🙂

  • Répondre alexmotamots 1 juillet 2013 at 17 h 10 min

    Une bonne pioche chez Babelio, donc.

    • Répondre Eliza 7 juillet 2013 at 16 h 07 min

      Oui, Babelio est une mine d’or !

  • Répondre Emily 2 juillet 2013 at 6 h 23 min

    J’ai acheté ce roman il y a quelques jours et ton billet me donne encore plus envie de le lire ! J’aime ce genre d’héroïnes qui vont à contre-courant des mentalités de leur époque.
    Et puis, j’aime beaucoup Jane Austen et je commence à découvrir Vita Sackville-West alors cela ne peut que me plaire ! 😉

    • Répondre Eliza 7 juillet 2013 at 16 h 08 min

      J’attends ton avis alors, j’espère que ce sera une bonne lecture ! Je n’ai pas pu m’empêcher de faire ce parallèle avec deux auteurs que j’aime énormément parce que j’y ai vraiment retrouvé cette ironie fine et élégante…

  • Répondre Arieste 2 juillet 2013 at 15 h 35 min

    Quel enthousiasme ! Il va falloir que je découvre cet auteur !!! 😀

    • Répondre Eliza 7 juillet 2013 at 16 h 09 min

      Croirait-on vraiment qu’il s’agit d’une victorienne avec cette modernité ?!

  • Répondre petit_speculoos 3 juillet 2013 at 17 h 18 min

    Merci pour cette découverte 🙂 Et hop je le rajoute à ma wish-list 🙂

    • Répondre Eliza 7 juillet 2013 at 16 h 09 min

      De rien, bonne lecture !

  • Répondre Matilda 4 juillet 2013 at 12 h 16 min

    La couverture ne m’inspirait pas, je croyais en fait que c’était un roman contemporain parlant du 19e siècle, mais ton avis a bien corrigé mon opinion, et comment pourrais-je dire non au chaînon manquant entre Austen et Sackville-West ?

    • Répondre Eliza 7 juillet 2013 at 16 h 10 min

      Je t’avoue que je ne savais pas du tout à quoi m’attendre donc le ravissement a été complet. Ah oui, le « chaînon manquant », je trouvais l’occasion trop belle pour m’en passer, j’espère que quelqu’un d’autre confirmera cet avis 😀

  • Répondre Lilly 7 juillet 2013 at 10 h 34 min

    Je n’ai pas lu Elizabeth von Arnim depuis longtemps, mais ce billet sur un livre que je ne connaissais pas du tout me donne très envie de la relire.

    • Répondre Eliza 7 juillet 2013 at 16 h 11 min

      Je pense qu’il était quasiment introuvable, mais Archipoche a eu là une bonne idée 😀

  • Répondre Mélo 10 juillet 2013 at 5 h 35 min

    J’ai justement terminé Avril enchanté la semaine dernière, je ne peux que me précipiter sur celui-ci. Merci pour ton beau billet.

  • Répondre Lectures de vacances | Passion Lectures 21 juillet 2013 at 18 h 36 min

    […] Avril enchanté, Elizabeth von Arnim : c’est l’oeuvre la plus connue de cette auteur, découverte récemment avec La Bienfaitrice. […]

  • Répondre Dans ma boîte à livres (1) | Les mots de Mélo 30 juillet 2013 at 20 h 07 min

    […] Von Arnim acheté suite à ma lecture de Avril enchanté et grâce notamment au billet de Eliza. Du coup dans la foulée je me suis procuré Vera. Au Bonheur des Ogres de Daniel Pennac, parce que […]

  • Répondre Emjy 16 septembre 2013 at 16 h 38 min

    Lu et beaucoup aimé aussi, surtout qu’il me semble que c’est la première édition en français. Du même auteur, je te conseille aussi Love, Vera (sombre mais très beau) et son plus célèbre, Avril enchanté. Son essai sur ses chiens intitulé Tous les chiens de ma vie est assez savoureux aussi 🙂

  • Répondre 2013 en livres | Passion Lectures & co 1 janvier 2014 at 15 h 17 min

    […] Arnim Elizabeth (von), La bienfaitrice […]

  • Répondre Lectures de vacances #2014 | Passion Lectures & co 2 août 2014 at 17 h 36 min

    […] von Arnim : une nouveauté Archipoche achetée les yeux fermés, après avoir adoré La Bienfaitrice et Avril enchanté […]

  • Répondre La Bienfaitrice – Elizabeth von Arnim | Carnet de lectures (et autres futilités) 20 août 2014 at 11 h 15 min

    […] Elles en parlent aussi : Keisha – Eliza – Maureen – Le chat du Cheshire – […]

  • Laissez-moi un commentaire !