challenges lectures

La splendeur des Lansing, Edith Wharton

23 mai 2013

La splendeur des Lansing, Edith WhartonPrésentation :

Susy et Nick vivent dans la haute société sur le compte de leurs connaissances fortunées. Complices, ils décident de se marier, assurés de subsister pendant un an au gré des invitations sur les yachts et dans les villas. Le marché est honnête : si l’un trouve une meilleure opportunité à l’issue de cette période, il sera libre de partir pour améliorer sa situation. Très vite, les jeunes mariés sont courtisés. Les dés sont jetés…

Ce que j’en dis :

Nick et Suzy Lansing sont en lune de miel dans une magnifique villa de la région des Lacs, en Italie. Serrés l’un contre l’autre, ils ne peuvent que constater que tout leur sourit : membres démunis mais remarqués de la haute-société américaine et cosmopolite, leur couple bénéficie de la protection de nombreux amis. Ils n’auront à se soucier de rien tant que d’autres paieront à leur place. Lucides, ils savent que cette situation ne durera qu’un temps, mais ils sont bien décidés à profiter aussi longtemps que possible du confort douillet qu’offre le luxe. N’est-ce pas la raison principale de leur mariage ? Une sorte d’arrangement les lie : conscients qu’ils pouvaient devenir un couple en vue, ils décident d’unir leurs vies. Mais chacun reste libre de quitter l’autre s’il trouve un meilleur parti. Une profonde tendresse réciproque les rapproche, mais est-ce seulement de la tendresse ? Sont-ils vraiment libres de tout arrêter ? Chacun découvrira que la vérité du cœur n’a que faire de vos plans… Car très vite, leur plan fonctionne effectivement et tous deux sont courtisés.

Suzy et Nick sont deux caractères bien différents : Suzy n’a jamais envisagé de vivre autrement ou ailleurs que dans le tourbillon grisant de cette haute-société. En tant que parent pauvre, elle y est parvenue en rendant de menus services à ses amies. Sa position est très proche de celle de Lily Bart des Heureux du monde. Elle sait que la prodigalité de ses amies dépend de sa serviabilité et elle l’a toujours accepté, sachant que c’était la garantie de son maintien dans ce monde. Pourtant, lorsqu’elle épouse Nick Lansing, un idéal d’honnêteté et de vérité les rapproche. Il faut dire que la situation de Nick est à bien des égards différente. Lui aussi vit dans ce monde, mais de manière bien plus détachée, plus indépendante. Suzy compte bien sur son époux pour avoir elle-même un peu plus de principes. Après leur lune de miel, les Lansing sont accueillis chez Ellie Vanderlyn, qui leur laisse son appartement à Venise. En échange (et c’est bien là tout le problème), Ellie demande à Suzy de couvrir sa conduite, puisqu’elle va rejoindre son amant. Suzy accepte, à contrecœur. Mais ne se résout pas à en parler à Nick. Lorsqu’il le découvre, le fragile équilibre qu’ils avaient se construit se fissure. Suzy pensait conduire leur vie, avait prévu leur prochains voyages, contacté les amis qu’il fallait… mais du jour au lendemain, Nick s’enfuit. Quelques mois plus tard, les rumeurs vont bon train : on dit Nick sur le point de se marier avec une jeune et riche héritière, tandis que Suzy est courtisée par l’un de ses anciens amis, pair du Royaume…

Comme toujours chez Edith Wharton, cette histoire se construit sur les non-dits, les occasions manquées, ce moment où deux personnes sont sur le point de se retrouver mais laissent passer l’instant, sans se rendre compte que leurs routes s’éloignent à nouveau. Suzy Lansing était frivole et voilà que la profondeur de sentiments inattendus la frappe de plein fouet. Elle apprend l’amour, le renoncement, les joies inattendues et simples de la famille auprès d’amis jusqu’alors méprisés. Elle se découvre une conscience, rongée par toutes ces petites compromissions qu’elle a acceptées et qui ont détruit la confiance que Nick avait en elle et en leur mariage. On suit les deux héros tour à tour, mais Nick reste plus dur à cerner. Quelle frontière ténue y a-t-il entre l’indifférence feinte d’un cœur blessé (Suzy n’avait pas réussi à sacrifier les bassesses de son monde pour lui) et la volonté sincère de laisser à l’autre sa liberté, la conviction qu’il sera mieux ailleurs, avec un autre ? L’histoire de Suzy et Nick s’écrit de malentendus en silences.

Ce que j’en fais :

challenge-edith-whartonEncore une incursion plus que réussie dans le monde doux-amer d’Edith Wharton ! Sans trop en dévoiler, je peux dire que parmi les romans de cette auteur que j’ai lus, c’est le premier qui se termine bien. Cela devrait décider ceux (ou celles) qui trouvent Edith Wharton trop triste. Pour autant, la destinée de ce couple n’en est pas moins tragique par bien des côtés ; on est très loin de la comédie sentimentale. Et je crois que c’est justement ce qui me plaît tant en elle ! Le choix singulier de Suzy mérite largement son inscription au challenge Edith Wharton de George.

Du même auteur :

Ils en parlent aussi :

  • Zone littéraire : « La Splendeur des Lansing, chronique d’une chute annoncée, chute non plus sociale (comme celle de Lily Bart), mais morale et amoureuse ? N’oublions pas que le trompe-l’œil est une des manies –et un des grands talents- d’Edith Wharton… »
  • Aux bouquins garnis : « C’est joli, c’est bon pour le moral, mais pour ma part, j’attendais plus de mordant (oui, Edith, j’aime bien quand elle mord…) et une chute moins convenue. »
  • sur Babelio et Goodreads

Je vous recommande :

Pas de commentaires

  • Répondre Alexandra 23 mai 2013 at 7 h 18 min

    En plus d’être admirablement bien écrite, cette chronique me donne envie de me replonger avec un œil neuf dans l’univers d’Edith Wharton. L’histoire est particulièrement originale — notamment pour l’époque. Affaire à suivre ;).

  • Répondre Titine 23 mai 2013 at 12 h 37 min

    Il faudrait que je le relise, je m’en souviens mal. Je crois que cela doit faire 15 ans que je l’ai lu…ça ne me rajeunit pas tout ça ! Et tu as raison, les romans d’Edith Wharton, comme le shistoires d’amour, finissent mal en général ! En tout les éditions J’ai lu ont fait une bien jolie couverture.

    • Répondre Eliza 23 mai 2013 at 19 h 24 min

      Oui, les couvertures J’ai Lu sont vraiment très jolies !!

  • Répondre Claire 23 mai 2013 at 16 h 15 min

    Très beau billet!
    J’avais adoré le temps de l’innocence et chez les heureux du monde. Je pense que ce titre sera le prochain que je lirai d’ Edith Wharton.

  • Répondre sandy 23 mai 2013 at 17 h 15 min

    J’avais envie de découvrir l’auteure mais je ne savais pas par quel titre commencer. J’avoue que ton avis me donne bien envie de lire celui-ci ! En plus les couvertures de la réédition sont superbes !

    • Répondre Eliza 23 mai 2013 at 19 h 26 min

      Sinon, je te conseille de commencer par Chez les heureux du monde, il est plus abouti, plus complexe !

  • Répondre Marie 23 mai 2013 at 19 h 43 min

    Il est vrai que, si j’ai beaucoup aimé Le temps de l’innocence, j’aurais préféré qu’il se termine autrement. Je note celui-ci pour ma prochaine lecture d’elle, si tu dis qu’il se finit bien.

    • Répondre Eliza 23 mai 2013 at 20 h 30 min

      Oui, je l’ai précisé, car c’est un reproche que lui font de nombreuses lectrices ! 😉

  • Répondre Fanny 23 mai 2013 at 21 h 24 min

    Tu en parles avec beaucoup de passion. Ça donne envie! Je connais cette auteures simplement de nom, j’essayerais donc de la lire! 😉

  • Répondre Emily 24 mai 2013 at 8 h 48 min

    J’aimerai bien découvrir cette auteure, depuis le temps que je lis de beaux billets sur elle !
    Ton article est très bien et donne envie de lire ce roman qui, soit c’est la remarque futile, a une couverture superbe 😉

  • Répondre grigrigredin 24 mai 2013 at 15 h 01 min

    Et hop ! Dans ma PAL !

  • Répondre George 29 mai 2013 at 8 h 28 min

    Encore un roman qui m’attend ! heureusement que j’ai prolongé mon challenge 😉 !

    • Répondre Eliza 29 mai 2013 at 12 h 47 min

      oui, merci ! tu vois que je suis très assidue !! 😉

  • Répondre Challenge Edith Wharton by George | 29 mai 2013 at 8 h 31 min

    […] – La Splendeur des Lansing […]

  • Répondre Enigma 5 juin 2013 at 19 h 21 min

    J’ai envie de découvrir tous ses romans! Je suis actuellement plongée dans les boucanières.

  • Répondre Karine:) 7 juin 2013 at 1 h 36 min

    Wow, il me le faut absolument celui-là! Noté illico!

  • Répondre Lilly 28 juin 2013 at 13 h 17 min

    Je ne l’ai pas encore lu celui-ci, mais il pourrait bien être le prochain du coup. J’aime beaucoup ces nouvelles couvertures, je pense racheter « Le Temps de l’innocence » du coup, mon édition est tellement moche que je n’arrive pas à m’y plonger.

  • Répondre Lectures de vacances | Passion Lectures 21 juillet 2013 at 18 h 36 min

    […] pour le challenge Wharton de George ! Déjà lus : Libre et légère, Chez les heureux du monde, La splendeur de Lansing, Les […]

  • Répondre 2013 en livres | Passion Lectures & co 1 janvier 2014 at 15 h 18 min

    […] Wharton Edith, La Splendeur des Lansing […]

  • Répondre La Prose d'une Époque 22 février 2015 at 3 h 49 min

    Je commence à me demander si elle n’a rien écrit de mauvais cet auteur ?! LOL

  • Laissez-moi un commentaire !