lectures

Le coeur et la raison, Jane Austen

30 juillet 2011


Présentation :

Sense and Sensibility est le premier roman que publia Jane Austen (1811). Le livre procède, si l’on considère le titre, d’une opposition entre deux traits fondamentaux : le bon sens et la sensibilité, qui seraient incarnés par deux sœurs, Elinor et Marianne. Mais l’une et l’autre sont bien pourvues de ces deux qualités, si Elinor possède plus de jugement, et si Marianne, en adepte du romantisme, a tendance à cultiver les élans de sa sensibilité. Notamment lorsqu’elle tombe aveuglément amoureuse du héros de ses rêves, Willoughby, un homme superficiel, tourné vers l’argent, qui va la décevoir profondément. La sage, la raisonnable Elinor, qui l’avait mise en garde, avait-elle donc raison? Et le secret du bonheur serait-il dans l’usage du jugement ?
C’est l’être isolé affrontant la société, qu’analyse Jane Austen. La raison consiste à s’ajuster au monde, et non à le braver, à observer des règles qu’on ne peut changer, plutôt qu’à cultiver des rêves et des états d’âme condamnés à rester sans réponse.

Ce que j’en dis :

Suite au challenge Jane Austen, je me suis replongée dans les différentes éditions disponibles de Raison et sentiments. Jusqu’à cette nouvelle traduction chez Folio, toutes les éditions poche reprenaient des traductions établies au XIXe siècle, sans aucun souci de préserver l’intégrité du texte ou la mordante ironie qui fait tout le charme de Jane Austen. Cette nouvelle traduction de Pierre Goubert a l’immense mérite de respecter scrupuleusement le texte original. J’ai cependant trouvé qu’elle était parfois lourde et empesée dans la tournure des phrases. Le titre est lui aussi plus conforme à l’idée exprimée en anglais, bien qu’on ne soit pas habituée à ces deux termes côte à côte. Le mieux reste donc de lire Jane Austen dans le texte !

Ce que j’en fais :

Je le relis en écoutant la musique composée par Patrick Doyle pour le film d’Ang Lee.

Je vous recommande :

Pas de commentaires

Laissez-moi un commentaire !