challenges lectures

Le Marquis des Éperviers, Jean-Paul Desprat

25 août 2012

Présentation :

En cet automne 1702, Victor, fils du comte de Gironde, fuit la demeure de son père, resté protestant malgré l’injonction du roi. En route vers Paris, le jeune voyageur, ingénu autant qu’impétueux, a soif d’aventures. Sa rencontre avec le libertin chevalier de Carresse bouleverse bientôt sa vie de provincial : le voilà précipité au coeur des affaires royales et des intrigues politiques de la capitale…

Ce que j’en dis :

Rien ne prédisposait Victor de Felzins, fils aîné de vieille noblesse mais désargentée, à se retrouver à dix-huit ans sur la route de Paris, comme tous ces beaux jeunes gens qui viennent chercher fortune dans la capitale. Avant d’y parvenir, le jeune homme fera plusieurs rencontres : le chevalier de Carresse d’abord, libertin au grand coeur, chargé de courir les routes du royaume pour vérifier les quartiers de noblesse (la traque des faux nobles était alors un moyen efficace d’augmenter les recettes des impôts) puis le fameux marquis des Éperviers, chef mystérieux d’une révolte de paysans dans le Limousin. Lorsqu’il atteint finalement Paris, son oncle, conseiller d’État à la Cour le confie aux soins des frères Thésut, secrétaires et gestionnaires des domaines du duc d’Orléans. Le jeune homme prend goût à ses nouvelles fonctions. En souhaitant aider son ami le chevalier de Carresse, il se retrouve mêlé malgré lui à un complot et pour les beaux yeux d’une demoiselle en détresse, croit devoir s’en sortir tout seul. Mais ses adversaires n’ont désormais plus qu’un seul projet : se débarrasser de ce témoin gênant…

Plantons le décor : en 1702, Louis XIV est âgé de 64 ans. Il a épousé Mme de Maintenon depuis près de vingt ans et l’heure n’est plus aux grandes réjouissances. La famille du roi est plus nombreuse que jamais : le Grand Dauphin, son épouse secrète, Mlle de Choin, ses trois fils, mais aussi les Orléans : la princesse Palatine, belle-soeur excentrique de Louis XIV et son fils, le duc d’Orléans appelé Monsieur (futur Régent lors de la minorité de Louis XV). On croise aussi dans le roman le duc de Vendôme, cousin du roi car petit-fils du bâtard d’Henri IV – vous suivez toujours ? ;-). La grande affaire du moment est la succession d’Espagne : le roi d’Espagne est mort sans héritier, le deuxième petit-fils de Louis XIV, le duc d’Anjou, a été choisi pour lui succéder, mais il souhaite garder ses droits sur la couronne de France, ce que refusent les Habsbourg. S’en suit une guerre dont l’Europe ne sort pas avant 1713, et qui a engendré une pression financière très forte sur la population française. Mais cette époque est aussi marquée par les querelles religieuses autour du courant janséniste. Depuis les années 1630 (début de la Contre Réforme), jésuites et jansénistes s’opposent sur la question de la grâce divine et du libre-arbitre. Au fils des ans, le jansénisme est aussi devenu un courant politique qui, tout en étant loyal envers Rome, rejetait l’idée d’une monarchie absolue et défendait plutôt un pouvoir parlementaire. Bref, ne croyez pas que c’était une période calme : la révolution intellectuelle des Lumières était déjà en germe dans les débats du début du siècle…

Les connaissances pointues de Jean-Paul Desprat sur cette période font les défauts de ce roman : une langue d’époque mais plus proche de la pédanterie que de l’authenticité, des allusions multiples à quantité de faits historiques et de personnages pas toujours faciles à identifier et deux personnages (les frères Thésut) adeptes de débats rhétoriques religieux et politiques qui m’ont parfois fait perdre pied… On sent que l’auteur s’est fait plaisir en écrivant ce roman, mais le plaisir n’est pas facilement partagé. Il reste cependant un personnage principal très attachant, entouré de figures tout à fait romanesques et de personnages historiques très bien croqués, tels que la princesse Palatine ou le duc de Saint-Simon… L’histoire nous entraîne à la fois sur la trace des révoltes paysannes, des hôtels particuliers de la noblesse de province et dans les couloirs de l’administration parisienne : autant de lieux souvent éclipsés par la figure du roi et les feux de Versailles !

Challenge Le règne de Louis XIVCe que j’en fais :

Mention spéciale pour cette belle couverture : tout à fait le genre que j’attends pour un roman historique de cape et d’épée ! Malgré un billet en demi-teinte, je garde ce livre comme une lecture intéressante car il y a peu de romans qui abordent la fin du règne de Louis XIV, mais je recommande de se documenter un peu sur la période avant de le commencer. Du même auteur, j’ai largement préféré le roman sur Mme de Pompadour et l’invention de la porcelaine de Sèvres (Bleu de Sèvres) et j’ai déjà la suite, Jaune de Naples, dans ma PAL. Cette lecture compte pour mon challenge « Le règne de Louis XIV », dans la catégorie « roman historique ».

Je vous recommande :

Pas de commentaires

  • Répondre Ellcrys 27 août 2012 at 13 h 10 min

    De retour de congés, je découvre avec plaisir ton avis sur cet ouvrage.
    Je pense que je le découvrirais, dans le cadre du challenge. Je vais d’ailleurs bientôt commencer la lecture de ma première participation au challenge. Bisous

  • Répondre Deuzenn 15 septembre 2012 at 10 h 34 min

    Tu me donnes envie de lire celui sur Mme de Pompadour! Il faut que je me remette dans ce challenge, il y a plein de belles lectures à faire.

    • Répondre Eliza 18 septembre 2012 at 5 h 20 min

      C’est vraiment celui que j’ai préféré, ça se voit tant que ça ? 😉

  • Répondre Challenge « Le règne de Louis XIV  – premier bilan « Passion Lectures 22 octobre 2012 at 6 h 48 min

    […] Le Marquis des Eperviers, Jean-Paul Desprat : Eliza […]

  • Répondre Intrigue à Versailles, Adrien Goetz « Passion Lectures 5 novembre 2012 at 19 h 44 min

    […] dans les forêts autour de Versailles. L’ombre du jansénisme plane (encore ! voir Le Marquis des éperviers) sur tout ce roman : on y raconte l’histoire des convulsionnaires de Saint-Médard et du […]

  • Répondre Lectures de vacances | Passion Lectures 21 juillet 2013 at 18 h 35 min

    […] Jaune de Naples, Jean-Paul Desprat : un bon roman historique est toujours un plaisir ! Celui-ci est la suite de Bleu de Sèvres, que j’avais adoré. Je l’ai commencé il y a plusieurs mois mais, faute de temps, j’ai un peu perdu le fil et j’ai préféré le garder au chaud pour un moment où je pourrais m’y consacrer complètement. Du même auteur : Le Marquis des éperviers. […]

  • Laissez-moi un commentaire !