lectures

Les Lames du Cardinal, Pierre Pevel

28 avril 2013

Les lames du cardinal, Pierre PevelPrésentation :

1633, sous le règne de Louis XIII. Le cardinal de Richelieu veille à la bonne marche du royaume de France, de plus en plus menacé par l’Espagne et ses nouveaux alliés : les dragons. Or, à situation exceptionnelle, moyens exceptionnels : le Cardinal se voit contraint de faire appel à une compagnie d’élite qu’il avait lui-même dissoute. Sous le commandement du capitaine La Fargue, les bretteurs les plus vaillants et les plus intrépides que possède le royaume sont ainsi réunis pour former à nouveau les redoutables Lames du Cardinal.

Premier tome d’une série qui rend brillamment hommage aux meilleurs romans de cape et d’épée, Les Lames du Cardinal est une œuvre de fantasy historique remarquable, justement récompensée par le prix Imaginales des lycéens 2009 en France et le Morningstar Award 2010 du meilleur nouvel auteur en Grande-Bretagne, puisque le livre a déjà été traduit en anglais ainsi que dans neuf autres langues.

Ce que j’en dis :

Le roman se construit en deux parties : dans la première, l’auteur introduit de nombreux personnages, que l’on suit tour à tour sur de courtes scènes. Le premier est le cardinal de Richelieu, que l’on découvre dans son bureau en train de caresser un dragonnet. Richelieu rencontre le capitaine La Fargue et lui demande de remonter Les Lames du Cardinal, un groupe de soldats aguerris, autrefois utilisé pour des missions officieuses, notamment au siège de La Rochelle. La Fargue hésite : le Cardinal ne les a-t-il pas déjà trahis en dissolvant la Compagnie ? Mais une mystérieuse menace fait finalement ployer le capitaine. Entrent alors dans le tableau les Lames elles-mêmes : dispersés aux coins du royaume, chacun a vécu comme il pouvait, jamais très loin du danger et d’un bon combat à l’épée. La Fargue va tenter de les rallier à sa cause (ou plutôt à celle de l’or promis par le Cardinal) pour remplir leur première mission : retrouver le fils d’un Grand d’Espagne qui s’est enfui et se cache dans la capitale.

Ce qui est intéressant dans la construction choisie par l’auteur, c’est que de tous les personnages qui nous sont présentés dans cette première partie, nous ne savons pas qui sont les Lames et qui sont les ennemis. Il y aura donc quelques surprises ! Sauf bien sûr pour la vicomtesse de Malicorne, descendante de la race de Dragons, qui entretient avec l’Espagne des rapports étroits. Le choix de l’Espagne est d’ailleurs judicieux puisque c’est effectivement le grand ennemi de la France à cette époque et nombreux étaient les agents espagnols envoyés en France pour y semer les graines de la sédition…

La seconde partie du roman commence lorsque les Lames sont enfin rassemblées et laisse place à un véritable feu d’artifice d’action, de bottes secrètes, d’agents doubles, de sauvetages sur les toits et autres calvalcades, pour la plus grande joie du lecteur. L’univers fantastique n’est qu’effleuré dans ce tome, par petites touches, et sans vraiment d’explications. C’est comme un monde parallèle dans lequel les créatures fantastiques font partie du quotidien : les dragonnets sont des animaux de compagnie, les vyvernes servent de monture ailée, et on trouve même des « sangs-mêlés », mi-humain, mi-dragon, aux yeux d’écaille…

Ce que j’en fais :

Comme beaucoup, c’est sur les précieux conseils de notre maître d’armes MissLéo que j’ai repéré ce livre, acheté au Salon du Livre. Un roman de cape et d’épée autour de Richelieu saupoudré d’un soupçon de fantasy, je dis oui !! Même si la multitude de personnages m’a un peu déconcertée au début du roman, les fils qui les lient se dévoilent bien vite et l’ensemble prend une tournure romanesque passionnante. Les nombreuses références aux Trois Mousquetaires sont la cerise sur le gâteau. J’ai vraiment hâte de lire la suite !

Ce que j’ai écouté :

Ce roman était l’occasion idéale de me replonger dans une musique de film que j’adore : L’Homme au Masque de fer. Ce film ne restera pas comme un chef-d’oeuvre mais rien que pour le beau Gabriel Byrne en D’Artagnan, je vous le conseille ! Et cette musique…

Ils en parlent aussi :

  • MissLéo : « Une aventure divertissante, captivante et pleine de panache. Coup de coeur ! »
  • Shelbylee : « un récit échevelé et des aventures originales mêlant un brin de science-fiction à une bonne dose d’histoire ce qui forme au final un cocktail détonant »
  • Adalana :  » je regrette que l’aspect fantastique du récit ne soit pas un peu plus exploité mais c’est là le seul point qui m’a un peu déçue »

Je vous recommande :

Pas de commentaires

  • Répondre Shelbylee 28 avril 2013 at 8 h 33 min

    Rien qu’à relire ton billet, je repense à toutes ces scènes. Par contre, il faut que Folio se dépêche de sortir la suite, car il y a eu tellement de rebondissements, que j’ai un peu peur d’oublier. J’ai vu que Pierre Pével avait écrit beaucoup d’ouvrages du même type, je pense que je vais succomber; Dans l’Homme au masque de fer, j’avoue qu’il n’y a que la musique que j’aime ^^

  • Répondre Bianca 28 avril 2013 at 10 h 26 min

    Déjà repéré chez Miss Léo comme toi et chez Adalana, et ton billet ne fait que renforcer mon avis, lire cette trilogie, ça tombe bien elle est à la médiathèque ! il faut que je relise Les trois mousquetaires aussi 🙂

  • Répondre Alexandra 28 avril 2013 at 12 h 04 min

    Je l’ai vu à la bibliothèque l’autre jour et je me tâtais … Ton avis m’a convaincue, je sens que je vais l’emprunter la prochaine fois ! J’aime bien les romans historiques et je ne connais pas trop le genre « de cape et d’épée », donc ce sera l’occasion :).

  • Répondre Fanny 28 avril 2013 at 18 h 23 min

    Il donne bien envie celui-ci vu les avis plutôt élogieux sur la blogosphère. A voir! 😉
    Bonne soirée

  • Répondre Adalana 29 avril 2013 at 3 h 01 min

    J’ai beaucoup aimé aussi, je ne manquerai pas de lire la suite !

  • Répondre 2013 en livres | Passion Lectures & co 1 janvier 2014 at 15 h 18 min

    […] Pevel Pierre, Les Lames du cardinal […]

  • Répondre Les lames du cardinal, tome 1 – Pierre Pevel | Une tasse de culture 6 mai 2014 at 16 h 20 min

    […] repéré Les Lames du Cardinal sur le blog d’Eliza, puis chez Bouch : un roman de fantasy sur un fond historique ne pouvait que me tenter. Je les […]

  • Laissez-moi un commentaire !