lectures

Pierre de lune, Wilkie Collins

19 novembre 2011

pierre de lune wilkie collinsPrésentation :

Ami et rival de Dickens, Wilkie Collins invente avec Pierre de lune le premier récit policier moderne, et donne au roman une nouvelle mission : dire et montrer ce qu’il est de bon ton de taire et de cacher. Borges, T. S. Eliot, Charles Palliser aujourd’hui, considèrent ce livre comme l’un des sommets absolus du genre. Il n’est évidemment pas question de résumer ici ce roman gouverné de bout en bout par la peur, oeuvre  » hitchcockienne  » avant la lettre, qui réussit cet inquiétant tour de force : une fois le livre refermé (après quelques nuits blanches), chaque lecteur possède, ou croit posséder, son interprétation du mystère. Du très grand art.

Ce que j’en dis :

Un magnifique diamant jaune, appelé Pierre de lune, a été dérobé en Inde par un colonel britannique en guise de butin en 1799. A sa mort, bien que brouillé avec sa soeur, Lady Julia Verinder, il lègue le diamant à la fille de celle-ci, miss Rachel Verinder. Mais le premier soir où Rachel le porte, en compagnie de ses cousins, Godfrey Ablewhite et Franklin Blake, tous deux épris de la jeune femme, le diamant disparaît dans la chambre même de Rachel. La police est amenée à mener l’enquête et, faute de pistes, l’inspecteur laisse la place au sergent Cuff, le plus fin limier du royaume. Quelques semaines plus tard, le diamant réapparaît à Londres. Il faudra près d’un an pour expliquer ce qu’il s’est réellement passé cette nuit-là. Franklin Blake décida alors de demander à quelques personnes d’écrire leurs souvenirs précis des principales scènes de l’intrigue, afin de la reconstituer en entier.

Cette lecture faisait suite à celle de Drood, dans laquelle Dan Simmons revient à plusieurs reprises sur l’écriture de ce roman par Wilkie Collins. Je ne m’attendais pas à être surprise par l’histoire elle-même puisque j’en connaissais la fin (dont Wilkie Collins se vante sans cesse dans Drood), mais j’ai quand même été bien incapable pendant une grande partie du livre de dénouer les fils de l’intrigue ! J’ai retrouvé avec amusement l’odieux personnage de Miss Clack, une vieille bigote, dont Dan Simmons dit qu’il a été rédigé sous l’emprise de l’opium, puis celui d’Ezra Jennings, le généreux inconnu, qui intervient tout à la fin. Bref, j’ai lu ce roman à la lumière de Drood, et je n’ai pas du tout été déçue ! Le scénario est effectivement original, tout comme la narration, qui est effectuée à la suite par des témoins de chaque période de l’histoire, dont Gabriel Betteredge, le régisseur de Lady Verinder, que j’ai trouvé charmant dans sa dévotion à sa maîtresse et à son Robinson Crusoé, dans lequel il puise plein de citations pour guider ces actes ! J’avais lu pas mal de choses, dans vos critiques et dans Drood, sur un autre personnage important, le fameux sergent Cuff, préfigurant Sherlock Holmes et Poirot, mais j’ai été un peu déçue par sa prestation… Bien qu’il fasse preuve d’un sens de l’observation et de la déduction intéressant, ce n’est pas lui qui dénouera l’affaire !

Les relations qu’entretiennent les différents narrateurs introduisent de légères pointes d’humour puisqu’ils portent tous un jugement sur ce que les autres ont dit d’eux. Malgré cela, je pense que la langue est parfois un peu trop ampoulée et qu’il y a des longueurs, mais je mets cela sur le compte de la forme « feuilleton » dans laquelle écrivait Wilkie Collins : une fois le lecteur embarqué, il fallait lui faire acheter le plus de numéros possibles !

Ce que j’en fais :

Je reste sur un très bon souvenir de ce roman, mais je pense attendre un peu avant de relire un Wilkie Collins (certainement La Dame en blanc). Mais je continue mon exploration des classiques anglais avec Charles Dickens cette fois-ci 🙂

Ils en parlent aussi :

  • Madame Charlotte : « je suis ici subjuguée par tant de virtuosité »
  • Plaisirs à cultiver : « Pierre de lune est une réussite comme, j’ai l’impression, tous les Wilkie Collins !« 
  • Mille et un classiques : « On ne s’ennuie pas en compagnie de Wilkie et de cette rocambolesque et diabolique aventure de La pierre de Lune… »
  • et sur Babelio

Je vous recommande :

12 commentaires

  • Répondre Marie 20 novembre 2011 at 22 h 55 min

    Donc il vaut mieux le lire avant Drood. Je le note!

  • Répondre Asphodèle 25 novembre 2011 at 8 h 10 min

    Je n’ai encore rien lu de Wilkie Collins, peut-être en 2013 quand ma PAL et ma LAL auront dégonflé ! 🙂

    • Répondre Eliza 25 novembre 2011 at 19 h 00 min

      C’est vraiment la naissance du roman policier, c’est amusant de voir aussi comment les genres évoluent !
      Et tu as déjà lu du Dickens ? Je n’en ai pas vu dans tes chroniques…

  • Répondre Le mystère d’Edwin Drood, Charles Dickens « Passion lectures 1 janvier 2012 at 19 h 02 min

    […] continue toujours l’aventure commencée avec Drood, de Dan Simmons, puis Pierre de Lune, de Wilkie Collins. Je comprends miux pourquoi Collins est si jaloux de Dickens et l’appelle […]

  • Répondre cryssildaa 2 janvier 2012 at 10 h 15 min

    J’ai commencé à lire ton billet, mais je crois que je vais attendre de lire Drood, car je ne veux pas en savoir de trop…

    • Répondre Eliza 2 janvier 2012 at 10 h 26 min

      Justement, je te conseille plutôt de lire Pierre de Lune d’abord, car en lisant Drood, tu sauras toute l’histoire, le nom du coupable, les circonstances, etc. !

  • Répondre cryssildaa 2 janvier 2012 at 10 h 28 min

    Ah mais j’ai déjà lu Pierre de lune trois fois 🙂

    • Répondre Eliza 2 janvier 2012 at 10 h 48 min

      Ah tu parlais de Drood alors ?? Ouh la, pas réveillée moi ce matin… 😉

  • Répondre sandy 8 juin 2012 at 10 h 50 min

    Il faudrait vraiment que je lise ! ça fait des années qu’il traîne dans ma PAL… la honte ! ;o)

  • Répondre La Pierre de Lune | Thé, lectures et macarons 24 juin 2013 at 20 h 11 min

    […] billets chez Titine, Soukee, Elisa, Keisha, . . L’assaut de Seringapatam . . . . […]

  • Répondre Syl. 24 juin 2013 at 20 h 12 min

    Une lecture que j’ai appréciée. Je vais continuer la découverte de l’auteur.

  • Répondre Une année de lectures… | Passion Lectures & co 4 janvier 2015 at 15 h 17 min

    […] et femme, de Wilkie Collins : après ma découverte de cet auteur avec Drood et Pierre de lune, je voulais replonger. Le sujet du mariage m’a toujours inspirée dans le choix de mes […]

  • Laissez-moi un commentaire !