lectures

Pique-nique à Hanging Rock, Joan Lindsay

7 août 2016

Tout le monde fut d’accord pour dire que c’était une journée parfaite pour pique-niquer à Hanging Rock – une scintillante matinée d’été, chaude et paisible.

Ainsi commence cette histoire, dans la douceur estivale australienne. On est en février 1900, le jour de la Saint-Valentin, à Appleyard College, institution pour jeunes filles de la haute société, dirigé d’une main de fer par Mrs Appleyard. Une fois par an a lieu le pique-nique annuel sur le site extraordinaire de Hanging Rock, un immense rocher volcanique encore inexploré. Quatre jeune filles obtiennent l’autorisation d’aller s’y promener après le déjeuner et commencent à monter dans les rochers. A la tombée de la nuit, trois d’entre elles ont disparu, ainsi que l’une des deux maîtresses qui les accompagnaient. Une multitude de personnages évoluent autour de ce « Mystère des Collégiennes » comme l’appelle la presse : policiers chargés de l’enquête, jeunes hommes derniers témoins de l’ascension des pensionnaires, sans compter le collège tout entier, de sa directrice à ses pensionnaires. Cette disparition aura des répercussions sur toutes leurs vies. Personne n’ose penser qu’elles sont mortes, mais au fur et à mesure que les jours passent, personne ne peut espérer qu’elles soient encore en vie.

L’enquête commence. Les témoins sont entendus. Au collège, les jeunes élèves sont agitées. La directrice aussi – l’avenir du collège est en jeu. Les trois disparues étaient le joyau de l’école : Irma était la plus riche héritière d’Australie, Marion l’élève la plus brillante, quant à Miranda, Miranda était belle et envoûtante. Et si spéciale.

Nimbé de mystère, Hangign Rock est aussi entouré d’ne atmosphère onirique renforcée par l’image entêtante de ces jeunes filles virginales aux longues robes de mousseline blanche errant entre les pics rocheux et les crevasses. Dans un style pur, mais suggestif, l’auteur met en place progressivement cette atmosphère et nous oblige à douter de tout, et de tout le monde. Certains actes restent inexpliqués, certaines personnages semblent hantés, sans parler de la personnalité troublante de Miranda. L’ombre du rocher s’étend bien au-delà de la plaine… Comme un monstre qui remonte son filet, inexorablement.

En cherchant des informations sur ce roman, j’ai découvert que Joan Lindsay avait écrit un chapitre final, dans lequel elle révèle ce qu’il s’est passé, mais il ne fut publié qu’après sa mort, à sa demande et pour entretenir davantage le mystère. Il n’existe pas dans la version française et c’est tant mieux, car je ne suis pas sûre que le scénario imaginé par l’auteur m’aurait plu ! Le roman est bien plus intéressant en conservant tous ses secrets, c’est ce qui lui donne cette incroyable force intérieure et ce charme suranné.

IMG_20160805_100738

Merci à Martine pour cette belle lecture d’été !

Je vous recommande :

4 commentaires

  • Répondre Titine 7 août 2016 at 11 h 11 min

    Je suis tout a fait d’accord avec toi en ce qui concerne la fin du roman. C’est le mystère envoûtant qui plane sur le sort des jeunes filles qui fait tout l’intérêt de l’histoire. C’est lui hante chacun des autres personnages et fait dévier le cours de leur vie. Ce fut un véritable coup de coeur pour moi, l’écriture est somptueuse et captivante.

  • Répondre Missycornish 8 août 2016 at 10 h 27 min

    J’ai hâte de le lire! Je l’ai acheté en anglais et j’ai vu le film syperbe!

  • Répondre Raising Coline 9 août 2016 at 10 h 44 min

    Belle description ça donne très envie de le lire ! merci !

  • Répondre Pique-Nique à Hanging Rock, Joan Lindsay | From Pemberley with love 9 avril 2017 at 17 h 44 min

    […] ce roman et son auteure m’étaient inconnus. Je dois cette belle découverte au billet de Lecturesandco sur lequel je suis tombée en parcourant son blog. Immédiatement j’ai eu un coup de cœur […]

  • Laissez-moi un commentaire !