challenges lectures

Plus jamais d’invités !, Vita Sackville-West

19 décembre 2011

plus jamais d'invites vita sackville-westPrésentation :

Ils avaient si longtemps mené des vies séparées, se rencontrant seulement à la surface des choses, qu’il fut stupéfait de surprendre ce regard si tendre, si inquiet. V. S.-W.

À l’instigation de Rose, sa femme, Walter Mortibois invite son frère, sa belle-soeur, son beau-frère et leur fils, ainsi qu’une excentrique lady, à passer le week-end dans leur splendide demeure d’Anstey. Toutefois, il leur préfère la compagnie de Svend, son berger allemand adoré… Rien d’étonnant chez cet esthète d’une froideur de glace, qui, depuis des décennies, ignore jusqu’à sa propre femme – malgré les efforts désespérés de Rose, obstinément amoureuse. Ce n’est pas l’irruption d’invités engoncés dans leurs petits égoïsmes qui risque d’y changer grand-chose ! Jusqu’à ce que, brusquement, un double drame vienne brouiller les cartes et (enfin) réchauffer les coeurs.

Ce que j’en dis :

L’action de ce roman assez court se passe uniquement sur ce week-end de Pâques, du vendredi au mardi, dans la propriété des Mortibois, Anstey, qui fait la fierté de la famille par la beauté de son immense parc. Pendant ces quelques jours, l’auteur fait ressortir les tensions entre chacun, dans les deux couples, que tout oppose, situation matrimoniale et financière, entre les deux sœurs, Rose et Lucy, où flotte encore les souvenirs d’une enfance pas tout à fait enfouie, ou encore entre deux vieux amis comme sir Walter et lady Quarles, qui ne se connaissent que trop bien. Encore une fois, j’ai été surprise par l’auteur : sous la légèreté apparente des discussions et des personnages se dévoile petit à petit une profondeur insoupçonnée. Je ne peux m’empêcher d’admirer, malgré l’étrangeté de sa situation avec sa femme, sir Walter, sa droiture, sa constance aux principes de vie qu’il s’est fixés, mais aussi son flegme qui lui permet de rebondir même lorsqu’il perd tout ce qu’il a, autant de petites choses qui en font un parfait sujet Britannique. Au final, j’ai eu pendant toute ma lecture un sourire sur les lèvres. On reste sur sa faim, sur bien des points, mais c’est tout le talent de l’auteur que d’utiliser ces zones d’ombre pour mieux entraîner le lecteur dans l’esprit de ses personnages. Oui, j’aime la délicatesse, la sensibilité, le parfum des convenances tout autant que l’excentricité de Vita Sackville-West !

Ce que j’en fais :

challenge le mois anglaisJe continue donc avec autant de bonheur ma découverte de Vita Sackville-West après Toute passion abolie et Haute-société. Cet auteur fait désormais indéniablement partie de mes classiques. Prochaine étape : Au temps du roi Edward, considéré comme son chef d’oeuvre. Une lecture dans le cadre du Mois anglais, of course !

Ils en parlent aussi :

  • Lilly et ses livres : « Il ne s’agit pas d’un roman extraordinaire, mais j’y ai trouvé une histoire attachante peuplée de personnages que j’aurais apprécié voir davantage dévoilés.« 
  • Le livraire : « on reste à la surface des sentiments mais sans toutefois les pénétrer tout à fait. »
  • et sur Babelio

Je vous recommande :

11 commentaires

  • Répondre cryssildaa 19 décembre 2011 at 11 h 19 min

    Oh qu’il est beau ton logo !
    Je ne connais pas cet auteur, je vais le noter mais j’ai peu d’espoir d’avoir le temps de le lire pendant le mois anglais.

    • Répondre Eliza 19 décembre 2011 at 11 h 30 min

      Si tu ne le connais pas, je te conseille de commencer par Toute passion abolie, c’est excellent et cela donne une bonne idée du pouvoir subversif de l’auteur 😉 En plus, l’édition Christian Lacroix au Livre de poche est trop belle ^^

  • Répondre Karine:) 19 décembre 2011 at 11 h 54 min

    Je n’ai jamais lu l’auteure mais tu donnes drôlement, drôlement envie de la lire. Il y a l’air d’avoir tout ce que j’aime dans ce roman…

    • Répondre Eliza 20 décembre 2011 at 7 h 25 min

      En plus, ce sont des romans assez courts, qui se dégustent !

  • Répondre Plaisirs à cultiver » Récapitulatif du mois anglais 19 décembre 2011 at 12 h 29 min

    […] Eliza : Plus jamais d’invités ! de Vita Sackville-West […]

  • Répondre Titine 19 décembre 2011 at 14 h 03 min

    Je suis également sous le charme de Vita, j’aime sa délicatesse, sa subtilité et son ironie. La lire est un bonheur.

  • Répondre 15 décembre -15 janvier : le mois anglais « Passion lectures 19 décembre 2011 at 15 h 56 min

    […] Plus jamais d’invités !, Vita Sackville-West […]

  • Répondre Lou 20 décembre 2011 at 21 h 06 min

    J’aime beaucoup Sackville-West moi aussi. J’ai découvert son oeuvre avec « Toute passion abolie » puis j’ai lu au printemps pendant mes vacances « Paola », un livre beaucoup plus sombre mais qui m’a beaucoup plu (tu peux le retrouver dans ma colonne de gauche à « littérature anglo-saxonne » si un jour tu cherches un prochain titre de cet auteur). J’ai « plus jamais d’invités » dans ma PAL et vu ce que tu en dis j’espère trouver le temps de le lire pendant le mois anglais !

  • Répondre Paola, Vita Sackville-West « Passion lectures 9 août 2012 at 9 h 00 min

    […] court roman de Vita Sackville-West, intense et dramatique, ressemble dans sa construction à Plus jamais d’invités ! : on suit quelques personnages engoncés dans leur routine et leurs regrets jusqu’à un […]

  • Répondre Récapitulatif du mois anglais | Plaisirs à cultiver 21 octobre 2012 at 8 h 36 min

    […] Eliza : Plus jamais d’invités ! de Vita Sackville-West […]

  • Répondre Dark Island, Vita Sackville-West | Passion Lectures 8 juin 2013 at 16 h 05 min

    […] Plus jamais d’invités ! […]

  • Laissez-moi un commentaire !