Tag

George Eliot

lectures

Daniel Deronda, George Eliot

2 août 2011

Présentation :

Tome 1 : Daniel Deronda (1876) est le dernier roman de George Eliot, la plus grande romancière de l’époque victorienne, connue pour ses positions féministes et la profondeur de ses analyses psychologiques. George Eliot ne s’y limite plus à l’exploration d’un microcosme géographique et social, mais présente des catégories sociales nouvelles, tout en s’ouvrant largement sur le monde. Située dans un passé proche du temps de la narration, l’histoire est traversée par les mouvements nationalistes de l’époque.

Ce roman moderne et cosmopolite, qui entraîne le lecteur de Londres à Gênes en passant par les villes d’eaux allemandes, est aussi un roman expérimental, jouant parfois avec la chronologie, et présentant une synthèse inattendue entre deux intrigues, l’histoire anglaise et l’histoire juive, racontant le destin de deux héroïnes fort différentes, la blonde Gwendolen et la brune Mirah, entre lesquelles le coeur du héros balance.

Tome 2 : Le jeune Daniel Deronda, qui a été élevé par son  » oncle  » en gentleman anglais, se voit attribuer des fonctions de passeur entre deux cultures, entre deux traditions religieuses : le hasard d’une rencontre l’amène à fréquenter la communauté juive de Londres.

Son comportement généreux et chevaleresque le rapproche de la petite chanteuse Mirah et de son frère, véritable prophète des temps modernes rêvant d’un retour en Terre Sainte pour son peuple ; mais Daniel reste attaché à la belle Gwendolen, qu’il a vue se précipiter dans un mariage d’intérêt désastreux, tournant au tragique. Dans ce roman novateur, qui, un quart de siècle avant le freudisme, pressent l’existence de territoires non cartographiés de la conscience, le héros est écartelé entre le rôle de confident que Gwendolen veut lui imposer pour échapper à ses peurs et à l’enfer de sa vie conjugale, et la mission qui lui est réservée dans le monde juif.

Voir l’article